Le président tchèque plaide pour les développeurs incarcérés

Diplomatie vs. justice. Round 1. Fight !

Le président de la République tchèque, Vàclav Klaus, a officiellement pris contact avec son homologue grec, Karolos Papoulias, afin qu'il intervienne en faveur de deux développeurs de Bohemia Interactive incarcérés depuis plus de soixante-dix jours dans l'attente de leur procès pour espionnage. Dans sa lettre dont de larges extraits ont été publiés par nos collègues d'Eurogamer.net , le président tchèque déclare : « Considérant les excellentes relations entre nos deux nations, je tiens à vous demander, M. le Président, de suivre cette regrettable affaire avec une attention particulière afin qu'elle n'entache pas les liens qui nous unissent. » après avoir précisé qu'il ne voulait en aucun cas interférer avec les affaires intérieures du pays.

Ce qui prend aujourd'hui des allures d'affaire d'état avait débuté mi-septembre, quand Ivan Buchta et Martin Pezlar furent arrêtés en Grèce car soupçonnés d'avoir espionné des installations militaires lors de leurs vacances sur l'île de Lemnos. Le duo de développeurs, qui travaille actuellement sur ArmA III, censé se dérouler dans une région ressemblant à cette île, avait profité de sa villégiature pour faire quelques repérages photographiques en ce qui concerne le terrain ainsi que la faune et la flore. On reconnaît bien là le souci d'authenticité qui est l'un des traits dominants des jeux issus de cette licence.

Résultat des comptes : les deux hommes vivent depuis plus de deux mois dans une cellule qu'ils partagent avec une vingtaine d'autres prisonniers et dorment sur des paillasses à même le sol. Ayant refusé d'être libérés sur caution, Buchta et Pezlar devront comparaître devant une cour de justice et attendre un verdict qui, au pire, pourrait se solder par vingt ans de prison. Pour ne pas arranger les choses, comme chacun le sait, la Grèce traverse actuellement une importante crise économique qui a des répercussions sur le bon fonctionnement de ses institutions. En clair, leur procès a été renvoyé aux calendes… enfin, vous voyez.

Commentaires (3)

Fermés

  • Chargement