Metal Gear Rising Revengence PREVIEW

De quel Metal est-il fait ?

Metal Gear Rising Revengence sait se faire attendre. Après une courte preview il y a quelques mois à l'occasion de l'Eurogamer Expo, c'est cette fois à Paris que le jeu a pu nous être présenté en format un peu plus large. Au programme, le tutoriel, un prologue et 3 chapitres pour une bonne grosse journée de jeu.


Le titre qui a failli passer de tout à rien et qui s'est finalement vu reprendre par Platinmum Game a subi de nombreux changements par rapport aux détails énoncés par Hideo Kojima, créateur du projet d'origine, lors des nombreuses conférences où il a déjà été brièvement montré. La rencontre entre Platinum Games et l'univers Metal Gear, c'est pour beaucoup, le mélange de la saga phare de Konami, avec la nervosité et la mise en scène complètement barrée d'un Bayonetta.

Stop ! Vous pouvez tout de suite oublier tout cela. Metal Gear Rising Revengence se retrouve assez loin de l'univers Metal Gear Solid et ne reprend pas le côté technique d'un Bayonetta. Le titre se déroule environ 4 ans après Metal Gear Solid 4. Vous allez incarner Raiden, alias Jack, dans une histoire qui vous emmènera tout autour de la planète.

Dans les chapitres que nous avons pu jouer, nous partons en Afrique, dans le laboratoire d'un pays indéfini et nous terminons aux USA à Détroit. Des lieux peu communs d'une part à la série MGS, mais aussi des ennemis nouveaux et une approche de Raiden inédite. Ce dernier en devient un Ninja surpuissant qui découpe tout sur son passage. Le jeu ne ressemble en rien à un Kojima, mis à part peut-être quelques scènes cinématiques, mais qui tiennent finalement plus du style japonais en général que de Monsieur Kojima en particulier.

De nombreux clins d'œil à Metal Gear Solid parsèment les niveaux de Metal Gear Rising Revengence, mais ils restent le seul lien avec la série d'origine. Le scénario nous parle de l'aube d'une nouvelle guerre, une guerre avant tout économique, où les cyber Ninja sont les grands majors de cette armée. Le jeu semble s'échapper de la théorie du complot et trouve de nouvelles têtes d'affiche pour présenter les grands boss du jeu, qui ont tous et toutes une histoire, un passif bien particulier qui les a menés là où ils en sont aujourd'hui, à défendre leurs idéaux, leurs causes, leurs guerres.

Côté prise en mains, les joueurs ayant fait leurs armes sur Bayonetta, seront assez déroutés. Là où le premier titre de Platinum Games avait fait sensation avec une façon de jouer à la fois accessible, mais qui pouvait se révéler technique, MGR Revengence est beaucoup plus simple. Les techniques sont assez basiques et sur les ennemis classiques, hors boss, il est simple de s'en sortir en bourrinant et en fonçant dans le tas. Sauf peut-être avec les gorilles qui sont assez difficiles et vous demanderont un peu plus de discrétion.

Du coup, Metal Gear Rising Revengence en devient un complet Beat'em All, un genre où vous devez avancer et vous battre avec quiconque se dressera sur votre chemin. Peu compatible avec l'aspect infiltration d'un Metal Gear traditionnel. Bien que cet aspect existe toujours et pourra s'avérer utile, par exemple pour contourner les gorilles coriaces, sa gestion se révèle être assez anecdotique. On peu même dire que son intégration dans ce jeu très action paraît assez grossière au final.

Metal Gear Rising Revengeance

Les fameux gorilles sont une preuve de la difficulté assez mal dosée du jeu. On commence en mode normal, avec un challenge correct. Nous rencontrons un premier boss toute fois raisonnable, sans être expédié de manière trop rapide. Jusque-là tout va bien. Puis à un moment, après quelques minutes de jeu, on se retrouve devant un nouveau boss, bien plus coriace. Une véritable prise de tête avant de découvrir la bonne technique pour en venir à bout.

Le reste de l'aventure jusqu'au dernier chapitre jouable s'est fait de manière sympathique, sans prise de tête (hormis le passage avec les fameux cyber gorille). Puis le dernier boss du troisième chapitre nous renvoie dans un nouveau moment de stress. Coriace, pas facile à comprendre, il faudra encore de nombreuses tentatives et une bonne demi-heure pour s'en sortir. C'était le dernier de la preview et pour peu, ça aurait pu être le dernier tout court. À voir comment cela se mettra en place dans le jeu définitif.

Metal Gear Rising Revengeance

Bien que ces deux exemples précis soient d'une difficulté élevée, ils n'en restent pas moins appréciables. Ils ne sont pas trop robustes et n'ont pas une santé excessivement élevée qui les rendrait longs et pénibles à vaincre. Il y a un schéma bien précis à trouver et à combiner avec un bon timing pour battre, mais cela au prix de nombreuses tentatives. Ce n'est pas gênant et au contraire, on apprécie d'autant plus la progression, mais l'équilibre de la difficulté n'est pas logique : ainsi, on rencontre des ennemis relativement simples, un boss tranquille, un autre coriace, un troisième trop simple où il suffit de foncer et cogner sans s'arrêter et où on récupère de la santé à foison. Suivent quelques ennemis, quelques chapitres, puis on se retrouve devant un nouvel adversaire bien coriace tandis que les packs de santé se font rares.

Entre chaque chapitre de Metal Gear Rising Revengence, vous pourrez personnaliser votre héros, lui acheter de nouvelles armes, techniques et amélioration grâce à l'argent amassé tout au long des niveaux.

Commentaires (6)

Fermés

  • Chargement