The Source, jouons avec la Scientologie

Au pays des grands gourous.

Dans une interview accordée à nos confrères d'Ausgamers, les Australiens du studio Elevator Entertainment dévoilent quelques détails concernant The Source, le titre sur lequel ils travaillent actuellement. Première info essentielle : ce jeu s'inspirera des us et coutumes, mais aussi des doctrines de la Scientologie. De l'aveu même des auteurs, ce titre qui utilise les mécaniques d'un jeu de plate-forme serait un pamphlet.

Leur point de départ, comme ils le dévoilent dans l'interview, c'est la constatation qu'il existerait une similitude évidente entre la progression d'un adepte dans la hiérarchie de la communauté fondée par Ron Hubbard et celle d'un joueur qui vise sans cesse des niveaux supérieurs, qui est récompensé s'il réussit à faire ce qu'on lui demande, voire qui est prêt à débourser quelques deniers pour assurer sa place au sein d'un jeu (NdRC : c'est du libéralisme de base, pas seulement scientologue).

À partir de là, ils ont repris les croyances des scientologues pour raconter la quête du bonheur absolu d'un nouveau venu dans la secte. Ce jeune homme devra défendre les convictions de ses pairs (comme s'opposer au mariage gay…) tout en évitant soigneusement ce qui pourrait affaiblir son esprit. Par exemple, et peu de gens le savent, les boîtes de céréales freinent notre réalisation personnelle, car elles nous ramènent à l'époque où, selon la Scientologie, tout ce qu'il y a de négatif en nous vivait dans des boîtes cachées à la base de volcans avant d'être libéré par des explosions nucléaires lancées par un seigneur de guerre extraterrestre appelé Xenu. En sautant de plate-forme en plate-forme, il faudra également veiller à éviter d'être kidnappé par vos parents prêts à tout pour vous voir réintégrer le foyer familial.

Bon… Arrêtons là le délire. Le souci de ce jeu, et la vidéo le montre bien, c'est qu'il n'est pas assez drôle pour se poser en tant que parodie ou pamphlet. En fait, il semble l'être tellement peu qu'on est en droit de se demander si ses auteurs (qui ont soigneusement veillé à ce que leurs noms n'apparaissent pas) ne seraient pas justement des membres de l'organisation qu'ils prétendent dénoncer.

L'excuse du second degré, c'est bien gentil, mais il faut un vrai talent pour le manier sous peine, comme nous l'avons ressenti en voyant la bande-annonce de The Source, de ressembler davantage à un éloge qu'à une critique. Sur le sujet de la Scientologie, certaines allusions dans la série animée South Park nous ont fait rire bien davantage…

Commentaires

Fermés

  • Chargement