BioShock Infinite PREVIEW 2

D'autres détails.

Là haut, bien au-dessus des nuages, peu de temps après la révolution américaine se déroulent des événements difficiles à imaginer. Alors que l'Amérique est en passe de se construire une identité historique et de devenir un nouvel eldorado, flotte au-dessus des terres une somptueuse et secrète cité volante : Columbia.


Après nous avoir fait plonger dans les abîmes océaniques, à la découverte de la cité perdue de Rapture, l'imagination sans limites des développeurs d'Irritional Games nous faire rêver avec le monde surréaliste de Columbia. Bien que liés par de nombreux clins d'œil, les titres de la série Bioshock (1 et 2) et BioShock Infinite ne se suivent pas sur le plan scénaristique. Vous allez débuter sur un terrain complètement inconnu.

À vrai dire, avec ce nouveau titre de Ken Levine et son équipe, tout semble similaire... mais en complètement différent. Dès les toutes premières minutes de jeu, alors que l'on fait nos premiers pas sur les pavés suspendus de la cité aérienne, on retrouve la sensation de découverte d'un tout Nouveau Monde, d'un environnement peu commun et le goût d'un univers tellement particulier qu'il ne peut être comparé à rien d'autre d'existant, tout comme l'était le tout premier Bioshock.

Bioshock Infinite - La sirène - Vidéo

Bien que l'univers de BioShock Infinite soit totalement fictif, il repose tout de même sur une période définie de l'histoire américaine. Si tout récemment le dernier épisode d'Assassin's Creed jouait sur le même créneau temporel, il ne peut être en aucun cas comparé au titre de 2K Games. L'univers est ici bien plus coloré. Il propose à chaque pas un tableau différent : parfois étranger, parfois burlesque, parfois malsain, parfois rassurant. La construction du jeu reste familière et la découverte de ce Nouveau Monde se fait comme dans le tout premier Bioshock : à chaque instant, on s'émerveille de l'environnement.

Depuis le précédent opus, la technique a évolué, notamment les graphismes sur console et pourtant, BioShock Infinite étonne encore sur ce point. Il est incontestable de voir que la version PC est bien supérieure techniquement ; jeu mieux optimisé, fluide et surtout beaucoup plus net que sur Xbox 360 et Playstation 3. Pour autant, les versions consoles ont été soignées, avec leurs jeux d'ombres et de lumière, les couleurs pastel, une physique et une animation propre donnant vie à tout cet environnement qui fourmille de détails. Mais on peut y déplorer une fluidité quelque peu en deçà et surtout un aliasing et de ce fait, un rendu bien moins propre sur l'ensemble des décors ou des personnages. Mais tout cela reste une très bonne performance pour les supports actuels, à l'architecture figée, contrairement à un PC et à son évolution permanente.

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement