World of Warcraft, passage à la 5.1

Un premier patch surprenant.

On vous a dit tout le bien qu'on pense de la nouvelle extension de World of Warcraft, Mists of Pandaria. OK, vous pouvez ne pas aimer les pandas ou trouver que le nouveau continent est trop hétérogène par rapport aux autres, mais une chose met tout le monde d'accord : au niveau du contenu, Pandaria surpasse Burning Crusade, Lich King ou Cataclysm.


Normalement, deux mois après la sortie d'une extension, on en a fait le tour et on commence à reprendre un rythme de sommeil à peu près normal. Là, ce n'est pas du tout ce qui s'est passé. Tout d'abord, je n'ai pas terminé la phase de stuffage complet, je n'ai que deux personnages de niveau 90.

J'en étais donc là en commençant la 5.1 : des réputations incomplètes, un stuff efficace, mais un peu bancal, un besoin de pognon permanent. Ajouter à ça un patch de grande importance à une grande liste de choses à faire, j'en avais déjà les jambes coupées. Mais curieusement, ce patch n'avait pas la même saveur que ceux auxquels nous sommes habitués depuis des années.

1

On s'en rend compte en lisant le patch notes. Nulle part on ne découvre l'arrivée d'un donjon ou d'un raid. Ça, c'est carrément inédit. Chaque patch a en effet permis d'effectuer un raid qui allait apporter de nouvelles pièces d'équipement et booster son iLevel. Rien de tout ça ici. En fait, on a plutôt l'impression que ce patch rassemble tout ce que l'on n'a pas l'habitude de voir dans un patch !

Passage en revue des nouveautés.

Les Bastonneurs. C'est une réelle nouveauté, un truc qu'on n'a jamais vu dans WOW. Pour résumer, il s'agit d'une sorte de Fight Club. La première règle du Fight Club, c'est qu'il faut avoir l'invitation. Et je ne l'ai pas eue. Trois façons de l'obtenir : en se faisant inviter par un membre qui a déjà un bon niveau, en lootant sur un PNJ de la faction adverse ou en achetant le coupon au marché noir. C'est encore un peu cher, mais ça devrait évidemment baisser dans les semaines qui viennent. En gros, ça consiste à affronter, seul, quelques boss ; les combats se succèdent, en huit étapes. Les premières sont simples, les ennemis n'ont "que" deux millions de points de vie et ils se terminent avec des adversaires à plus de dix millions de PV...

C'est chaud, mais on ne peut qu'apprécier ce genre de combats contre des boss en solitaire. Il faut dire que ces combats un peu piquants, contre des élites, ont vraiment été la grosse nouveauté de l'ensemble des quêtes de Pandarie. Ils clôturent des successions de quêtes en proposant des objets bleus et demandent parfois un peu de dextérité. Rien d'insurmontable dans les quêtes, mais je pense que c'est un peu plus tendu que les combats des quêtes.

2

Au rayon des modifications des personnages, on trouve très peu de changements par rapport au début de Pandaria. Quelques ajustements, mais rien de fondamentalement différent comparé à certaines remises en cause complètes qu'on avait pu vivre lors des précédents patchs de ce genre. Blizzard semble avoir trouvé une procédure pour équilibrer les choses bien plus carrées que les années passées.

Commentaires (2)

Fermés

  • Chargement