Les délinquants sexuels bannis des jeux en ligne

Devinez où ça se passe ?

2100 personnes enregistrées au fichier des délinquants sexuels américains ont été bannies des réseaux en ligne a annoncé le procureur général de New York Eric T. Schneiderman.

Ces bans s'ajoutent aux 3500 utilisateurs déjà retirés toujours dans le cadre de « l'opération : Game Over ».

Le procureur s'est félicité de la participation de 5 nouvelles entreprises dans ce dispositif : THQ, Funcom, NCsoft, Gaia Online. La cinquième a préféré garder l'anonymat. Elles viennent grossir les rangs des entreprises acceptant de bannir les délinquants sexuels avec Microsoft, Apple, Blizzard Entertainment, Electronic Arts, Disney Interactive, Warner Bros. et Sony.

« Internet est la scène de crime du 21e siècle, et nous devons nous assurer que les jeux en ligne ne deviennent pas des terrains de jeux digitaux pour des prédateurs sexuels. Cela veut dire que nous devons tout faire pour empêcher les délinquants d'utiliser ces jeux comme moyen d'approcher leurs jeunes victimes » a déclaré le bureau du procureur dans un communiqué.

Depuis le vote dans l'état du New York's Electronic Securing and Targeting of Online Predators Act (e-STOP), tous les délinquants sexuels doivent enregistrer leur adresse, e-mail, pseudonymes, et identifiants utilisés afin de limiter leur accès aux jeux et réseaux en ligne. L'opération Game Over est la première mise en application directe de cette loi dans l'univers des jeux vidéo.

Commentaires (8)

Fermés

  • Chargement