La Chine pourrait autoriser la commercialisation des consoles

Énorme marché en approche.

Les éditeurs et constructeurs se frottent les mains d'avance en bavant : l'interdiction de vente de consoles sur le territoire chinois pourrait être levée d'ici peu. C'est le China Daily repris par Bloomberg qui rapporte que le Ministère de la Culture de la République populaire discuterait du sujet avec les autres départements et serait prêt à revenir sur l'interdit établi en 2000.

Le gouvernement chinois avait décidé à l'époque de bannir les consoles en raison de la dangerosité supposée des appareils sur le développement physique et mental des enfants. L'interdiction ayant été décidée par 7 ministères différents, il faut aujourd'hui que tous donnent leur accord pour annuler le décret.

Les consoles sont actuellement disponibles seulement au marché noir en Chine, alors que les tablettes, smartphones sont autorisés.

Une très bonne nouvelle pour les acteurs du jeu vidéo qui verraient s'ouvrir à eux l'accès à un marché gargantuesque. Cette simple annonce du China Daily a d'ailleurs eu un effet direct sur les actions en bourse de Nintendo et Sony, l'action Sony a gagné aujourd'hui 9.1 % et Nintendo 3.4%.

« Les investisseurs ont accueilli avec très positivement cette information » explique Mitsuo Shimuzu, analyse à la bourse de Tokyo.

Le marché chinois est convoité de longue date par les constructeurs pour sa dimension et ses perspectives et Sony ne s'en cache pas.

« Nous avons toujours observé la Chine comme un marché plein de promesses pour les jeux vidéo, nous avons déjà étudié et préparé les opportunités qui pourraient nous y être offertes », confie Satoshi Fukuoka, porte-parole de la branche Jeu vidéo de Sony. La firme aurait eu des « discussions très constructives » avec les autorités de régulation chinoises.

En Chine, le jeu vidéo PC en ligne représente 95% de l'industrie du jeu vidéo chinois et a généré 9,7 milliards de dollars en 2012, en croissance de 35% sur un an d'après le China Games Industry Report. De quoi émoustiller Microsoft, Sony et Nintendo, qui se heurtent de plus en plus à un marché saturé en Amérique du Nord et en Europe.

On imagine déjà les réunions créatives chez les gros éditeurs ricains : "rajoutez des pandas ! Et virez-moi cette référence aux Droits de l'Homme. Vous voulez nous faire perdre des milliards, ou quoi ?".

Commentaires (4)

Fermés

  • Chargement