« Un GTA dans le futur ? Il nous manque une bonne raison »

Interview de Dan Houser dans Libération.

Alors que s'approche à grands pas la sortie de Grand Theft Auto V au printemps prochain, Dan Houser, coprésident de RockStar, a accordé une interview au journal français Libération (à retrouver en intégralité sur Ecrans). Il y évoque les contenus proposés par ce prochain opus et de manière plus générale l'avenir de la franchise. Et en premier chef la possibilité de jouer dans ce 5e épisode trois héros différents : Michael, Trevon et Franklin.

« Avec ces trois personnages, nous possédions un éventail de situations très large et, avec cette possibilité de basculer d'un personnage à l'autre, nous avons voulu que l'on puisse jouer en même temps les protagonistes et les antagonistes, de sorte que chacun puisse définir quel genre de joueur il est et, d'une certaine manière quel genre d'individu il est », explique Dan Houser.

L'environnement devrait ressembler de très près à Los Angeles, c'est en tout cas le souhait premier des développeurs, qui y ont ajouté leur touche d'humour à travers les habituelles fausses pubs qui jalonneront les allées virtuelles.

« Notre premier désir était de situer l'action à Los Angeles. Pas seulement dans la partie urbaine, mais dans toute cette agglomération gigantesque... Nous avions déjà abordé cela dans San Andreas, mais pas de manière aussi poussée et détaillée. »

GTA V VIDEO

« Les pubs traduisent quelque chose de l'état d'esprit de Californie. Vous pouvez voir à quel point ils sont obsédés par les produits pour perdre du poids, par l'avocat (le fruit), les produits financiers pour alléger leurs crédits... Tout cela doit être présent dans le jeu par le biais de ces fausses pubs. »

Et si RockStar après son passage dans l'univers western avec Red dead Redemption s'attaquait à l'univers SF ? c'est ce qu'a suggéré le journaliste de Libération au coprésident de RockStar. Houser n'y est pas hostile, mais veut le faire seulement s'il y a une bonne idée de scénario et un univers cohérent derrière.

« Nous le ferons à la seconde même où nous aurons une idée », mais il précise : « Quand on a décidé de faire un western, c'était avec ce que nous savions faire et qu'on avait quelque chose à dire. Aller vers de la science-fiction pour fabriquer des voitures volantes et des pistolets laser ne présente pas d'intérêt... même si cette idée est très tentante et que par définition, on fait ce que l'on veut dans un jeu vidéo, il nous manque l'essentiel pour le moment : une bonne raison. »

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement