Un ancien employé de Sony poursuit Nintendo pour sa technologie 3DS

10 dollars pour chaque DS vendue.

1

Il s'appelle Seijiro Tomita, 58 ans et avait breveté un moyen d'afficher la 3D sans lunettes. L'ex-employé de Sony réclame aujourd'hui des dommages et intérêts à Nintendo pour l'utilisation de sa découverte sur la 3DS. 9,80 dollars pour chaque console portable vendue aujourd'hui à 29,84 millions d'exemplaires, soit au total 292 millions de dollars sans jouer au loto.

Reuters a suivi l'ouverture du procès lundi à la cour du District de New York. Joe Diamante, l'avocat de Tomita explique que son client avait rencontré Nintendo en 2003 au siège de la compagnie à Kyoto. Il avait présenté à 7 officiels de la firme nippone un prototype de son invention alors que son brevet était en cours de validation. L'entretien n'avait pas donné de suite, pourtant, quatre des sept cadres présents ont ensuite travaillé sur le développement de la 3DS. « Il s'est senti trahi et blessé qu'ils utilisent sa technologie » raconte l'avocat.

Le représentant de Nintendo au procès, Scott Lindvall, a pour sa part argumenté que la 3DS n'utilise pas les points clés du système mis au point par Tomita. Nintendo précise que plusieurs réunions de ce type ont eu lieu avec des vendeurs de technologie 3D à ce moment-là. L'une d'elles était avec Sharp en 2002, qui a finalement obtenu le contrat.

Tomita, victime récemment d'une attaque cardiaque, s'est présenté en fauteuil roulant à l'audience. Il a quitté Sony en 2002 après 30 ans pour se consacrer à ses inventions. Il n'a pas trouvé depuis d'acheteur pour la licence de sa technologie 3D.

Commentaires

Fermés

  • Chargement