Virtua Fighter 5

Désormais en ligne tu combattras...

Ceux qui disent que Virtua Fighter 5 n’est pas le meilleur jeu de baston 3D du marché ont tout simplement tort. Avec ses combats fluides et profondément originaux et des protagonistes très variés, le dernier jeu de combat de SEGA est une réussite éclatante à tous les égards. C’est vrai que nous avions dit la même chose quand la version PlayStation 3 était sortie, un peu plus tôt cette année. Cependant, c’est maintenant au tour des possesseurs de 360 du monde entier de contempler ce qu’ils désiraient ardemment depuis des mois avec cette mouture améliorée qui arrive enfin, riche de nombreux nouveaux contenus tout en conservant l’intégralité de ce qui avait fait de la version PS3 un tel régal.

Cette nouvelle version de Virtua Fighter 5, basée sur la Version C, comporte de nombreuses améliorations dans l’équilibrage des personnages et propose même de nouveaux mouvements dont ne bénéficiaient pas la mouture PS3. Certains personnages plus faibles ont été musclés, tandis que des mouvements considérés comme trop simples à exploiter ont vu leur efficacité réduite dans les mêmes proportions pour équilibrer parfaitement les choses, et ce n’est pas rien car les combats sont pour la première fois véritablement équitables.

Plus amusant encore, même si c’est sans doute moins important du point de vue du gameplay, la débauche d’éléments de costume, introduite aussi dans la Version C, avec des centaines de nouvelles choses que l’on peut comme d’habitude gagner sous forme de prime en remportant des combats, obtenir comme récompense quand on atteint certains niveaux ou que l’on peut simplement acheter en magasin. On commence désormais le mode Quête avec 50 000 unités monétaires, ce qui signifie que l’on peut déjà personnalisé son combattant dans une moindre mesure avant même d’avoir donné un coup de poing.

1

N’ayez pas l’air si surpris…

Cela dit, la raison principale qui vous pousse à lire cet article est probablement d’apprendre si le nouveau jeu en ligne fonctionne bien et, vous tombez bien, car nous allons justement en parler. Vachement bien peut-on dire en résumé et, en général, les temps de latence sont loin de pourrir le jeu comme on aurait pu le craindre. Après avoir fait des centaines de combats, nous pouvons affirmer que très peu d’entre eux ressemblaient à l’espèce de diaporama qu’est le mode en ligne de Dead or Alive 4. D’ailleurs on peut généralement se faire une bonne idée de l’état de la connexion au vu de la parade pré-match : si ça tressaute, on a du souci à se faire, mais autrement tout devrait bien se passer. Quand on a la malchance de se coltiner un match plein de ralentissements, les temps de latence vous feront rater le bon timing pour appuyer sur les boutons ce qui se traduit alors par l’exécution de mauvais mouvements. Dans ce cas là, il n’y a pas le moindre truc marrant et les joueurs le savent bien eux aussi, comme le montre l’exemple du bourrin, que nous avons rencontré dans un jeu particulièrement truffé de ralentissements et qui avait décidé que sa meilleure chance consistait à appuyer comme un malade sur le bouton de coups en espérant que tout se passe bien. Dans le genre tête de noeud…

Cela dit, quand tout roule, les combats en ligne de Virtua Fighter 5 sont presque aussi réalistes que si l’on se bastonnait avec quelqu’un dans la même pièce. C’est vrai, qu’on perd en chemin quelques images ici ou là ce qui rend plutôt difficiles certains coups directs, des mouvements complexes et des techniques de haut niveau comme la mise en garde partielle (taper tout en se mettant en garde exactement au moment où l’attaque arrive pour éviter des dégâts de toute sorte d’attaques), mais cela ne chagrinera pas beaucoup de joueurs normaux. Une fois qu’on s’est adapté à cela (et qu’on a appris à gérer les ralentissements occasionnels, qui se produisent toujours ici ou là, en particulier si l’on a rien pour mesurer la qualité de la connexion), le jeu en ligne se révèle excellent et a fonction incroyablement bien implémenté. Certes, dans ce genre de jeu on préférera toujours disputer une partie avec des copains sur une même console, mais bon on n’a pas toujours un ou plusieurs potes sous la main pour se faire une petite soirée pizzas Virtua Fighter.

2

Ah ! Les joies du low kick.

Le mode VF.TV est par contre légèrement moins impressionnant. Nous fondions pourtant de gros espoirs dessus et nous espérions qu’il ressemblerait un peu Gotham TV dans PGR, où l’on peut voir s’affronter les meilleurs joueurs et accéder à toutes sortes de stats. Au contraire, ici, cela se résume à une sorte de magnétoscope connecté à une bibliothèque de matchs exhibition, qui sont superbes à regarder mais qui ne permettent pas d’analyser véritablement la technique de tel ou tel joueur identifiable par son Gamertag histoire de savoir à quoi s’attendre si un jour on veut s’y frotter. Il y a aussi des options de classement, qui gardent la trace de vos meilleurs scores et temps solos en les comparant à ceux des autres joueurs du monde et qui fait à peu près pareil pour vos performances en ligne.

L’apparence des personnages du mode Quête sont les mêmes dans le jeu en ligne, mais les données des matchs et les classements ne le sont pas, ce qui signifie que l’on doit s’occuper de deux ensembles de données totalement différents. Il y a aussi un score attribué à chaque joueur, un système simple qui accorde quatre points pour une victoire et un pour une défaite, ce qui signifie que ceux qui vont occuper le haut du tableau seront ceux qui jouent le plus. Il se peut fort bien que ce soit aussi les meilleurs, vu que ce sont ceux qui jouent le plus, et, même si ce n’est pas un système de classement idéal, il est malgré tout meilleur dans certains autres.

3

Voilà pourquoi il ne faut pas porter de collier de perles.

Il faut cependant bien faire attention au côté duquel on combat. L’hôte d’un match prend toujours le côté du joueur 1 et celui qui répond à l’invitation se bat du côté droit. Ce serait parfait, si ce n’était que les gens ont pris de mauvaises habitudes en mode solo et ont des problèmes à jouer du côté du joueur 2. D’après notre expérience, les gens préfèrent de loin être l’hôte d’un match plutôt que l’invité, mais si l’on n’a pas de problème à être du côté droit, on aura plein de parties auxquelles participer.

L’autre chose à laquelle il faut faire attention, c’est le paramétrage des contrôles qui, pour une raison quelconque, sont par défaut ceux du joueur 2 quand on rejoint un match. Alors que je jouais sur une manette d’arcade (le Hori EX2, qui au passage est une petite merveille) avec des contrôles complètement redistribués, le fait de m’être vu imposé les contrôles par défaut du joueur 2 a été un choc et c’est sans surprise que j’ai ensuite perdu. Dès lors, il faut configurer les contrôles des deux joueurs à l’identique avant d’aller jouer en ligne si l’on ne veut pas être confronté à une surprise aussi désagréable.

4

Vous voulez tester mon sens de l’humour?

Vous savez déjà que nous adorons ce jeu. Désormais, avec un mode en ligne vraiment fonctionnel et tout plein de nouveautés (sans parler de la carotte des Gamerpoints qui incite à se battre pour les premières places ou a jouer dans le mode arcade pour une fois) nous l’aimons encore plus. C’est haut la main le meilleur jeu de baston sur 360, haut la main le meilleur jeu de baston de cette génération, et haut la main la meilleure version de ce beat’em up magnifique.

Si vous n’avez pas encore joué à Virtua Fighter 5 (ni même jamais joué à Virtua Fighter) c’est le moment ou jamais de vous y mettre. Il ne faut pas se priver du plaisir de voir à quel point SEGA touche à la perfection avec ce jeu, lui rendre grâce d’avoir encore amélioré ce magnifique jeu de combat et contribué à agrandir encore la communauté déjà importante des joueurs de Virtua Fighter. Préparez des vannes qui déchirent, faîtes provision de cannettes, n’écoutez pas les vieux – il y a un paquet de combats qui n’attendent que vous…

9 / 10

Comment nous attribuons nos notes Virtua Fighter 5 Graham Swann Désormais en ligne tu combattras... 2007-11-02T12:00:00+01:00 9 10

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement