Aion : The Tower of Eternity

Comme WOW… À ses débuts

Lors de n'importe quel test, qu'il s'agisse d'un FPS ou d'un jeu de foot, il n'est pas rare de faire référence au concurrent direct du jeu testé. Ainsi, on évoquera certains aspects de PES dans FIFA et vice-versa, par exemple. Pour le test d'Aion, il sera difficile de ne pas évoquer World of Warcraft tout au long de l'article et ce, pour deux raisons : cela fait désormais plusieurs mois que l'on ne parle plus que d'Aion sur le canal /1 de WOW (depuis la 3.2 en fait). Et puis Aion innove tellement peu qu'il fait en permanence écho aux jeux qui existent déjà, WOW en tête. Dernière chose : le canal de conversation d'Aion est aussi saturé de messages anti WOW, expliquant à quel point Aion est mieux. Mettons ça sur le compte de dissonance cognitive.

Une chose est sûre, à un moment donné, difficile de savoir quand exactement, Aion est apparu comme une alternative à WOW et la réussite de ce jeu reposera sur la capacité de l'éditeur à couper le cordon ombilical. Ce test n'a donc pas d'autre ambition que de répondre à la question : est-ce que cela vaut le coup de changer, de fermer définitivement le livre World of Warcraft pour passer à Aion ? La réponse est non, pour le moment. En effet, pour chaque aspect du jeu, on a un peu de mal à placer Aion devant.

NCSoft a réussi à marier des chartes graphiques asiatiques aux marchés européens et américains.

Attention, tout ceci va sans doute s'améliorer : NCSoft nous promet une grosse mise-à-jour par an. Mais il faut tester Aion pour ce qu'il est maintenant et non pas sur ce qu'il sera plus tard. Certains se souviennent des débuts incroyablement catastrophiques de WOW. Mais s'il faut comparer, c'est avec le MMO de Blizzard actuel, pas avec ce qu'il était la première année. Forcément, après 5 ans, Blizzard propose quelque chose de très complet, des serveurs qui tournent merveilleusement. Normalement, NCSoft n'aurait pas du être le parfait débutant. Or, c'est précisément l'impression que donne l'éditeur.

Que les choses soient claires, à la rédaction, nous ne payons pas les jeux que nous testons. Difficile de nous mettre à la place de ceux qui essuient les plâtres des débuts d'Aion, encore plus catastrophiques que ceux de WOW. Mais en imaginant quelqu'un qui a passé la semaine à bosser, qui a claqué 50 ou 60 euros dans un jeu et qui doit attendre jusqu'à sept heures pour accéder à un serveur (au mieux, 20 minutes), on voit difficilement autre chose que de l'agacement.

En fait, nous n'avons pas eu à imaginer beaucoup. Il se trouve que les accès journalistes à Aion s'arrêtaient le jour de la sortie du jeu. Pour que ce test soit suffisamment complet, nous avons du rencontrer, dans la vraie vie, des membres de nos guildes de WOW qui avaient décidé d'aller voir comment ça se passait sur les serveurs NCSoft. On a rarement rencontré des types aussi furieux. Peut-on faire d'un cas une généralité ? Certainement pas mais la grande migration de WOW à Aion risque de durer moins de temps que prévu, à en juger par les noms d'oiseau qui ont fleuri pendant deux jours.

1

L'Ascension pour l'obtention des ailes est l'étape la plus importante d'un personnage d'Aion.

Pour être parfaitement clair, si vous voulez jouer à Aion, attendez quelques semaines.

Sinon, vous pouvez vivre sur des horaires décalées (de 23 heures à 10 heures du matin) pour ne plus être confronté au problème des files d'attente. Vous découvrirez ainsi l'opposition des Asmodiens et des Elyséens. Les premiers sont des guerriers poilus, les bad guys du jeu, les seconds des jolis personnages angéliques. Ce choix ne dérangera pas la plupart d'entre vous sauf ceux qui estiment que trop de manichéisme tue l'intérêt d'un jeu. Dans WOW, les orcs ont parfois des attitudes sympathiques et on sent bien que les elfes de la nuit peuvent devenir aussi cruels que n'importe quel autre personnage de la horde. Ici, c'est l'affrontement du bien contre le mal. Du coup, on a opté pour l'univers des affreux : les créatures avec des poils partout dans le dos. Les poils, c'est le mal. Bon, de toute façon, les gameplay sont les mêmes des deux côtés. Seules les classes ont une incidence dans la façon de jouer. D'ailleurs, il n'y a pas de classes exclusives à une faction. Dommage.

Commentaires (8)

Fermés

  • Chargement