APB

Que fait la police ?

Au début, j'avais mis cela sur le compte du temps. Nous connaissions la plus chaude semaine de l'année et, comme un soleil rayonnant promettait des après-midi paresseuses dans les parcs avec des boissons fraîches à portée de main, le moment était très mal choisi pour commencer à s'investir pendant des heures dans un jeu massivement multijoueurs. Je regardais sans arrêt ma montre, comptant les heures après chaque mission, me demandant si j'avais suffisamment joué pour justifier décemment d'éteindre mon PC et de sortir faire un tour.

Au cours de la première dizaine d'heures, j'ai cependant senti que quelque chose clochait, qui n'avait rien à voir avec le temps. En fait, je n'avais pas vraiment envie de sortir sous ce soleil brûlant, je cherchais juste une raison pour arrêter de jouer à APB.

Cela n'a rien d'inhabituel en soi. Les testeurs de jeux doivent parfois s'astreindre à jouer à des choses épouvantables et leur noblesse est de jouer infiniment plus longtemps qu'aucun être humain sain d'esprit ne souhaiterait le faire. Pourtant, APB n'exhibe pas les défauts qui caractérisent généralement un mauvais jeu. Pour commencer, il vient d'un studio - Realtime Worlds – dont le dernier jeu, Crackdown, reste personnellement un de mes titres préférés sur la Xbox 360 et dont les responsables de création se sont fait les dents sur de petits projets comme... Grand Theft Auto.

1

La manière dont San Paro fait appliquer la loi est originale. Il ne le refera pas, c'est certain.

GTA MMO ?

Par ailleurs, APB est un jeu remarquablement abouti et poli. J'ai joué à de nombreux MMO à leur lancement et, s'ils ont une chose en commun, c'est un début chaotique – les problèmes de serveurs, le manque de stabilité, les clients truffés de bugs, les contenus à moitié achevés et les fonctions pas encore implémentées sont monnaie courante. Ce n'est pas le cas d'APB ; cela ne veut pas dire pour autant que le jeu soit techniquement parfait, mais il en est plus proche de n'importe lequel des MMO auxquels j'ai joué jusque-là.

Si mon manque d'enthousiasme pour APB pouvait être mis sur le compte de défaillances techniques facilement remédiables, il y aurait toujours eu une lueur d'espoir. Il est par contre beaucoup plus dur d'apporter un correctif pour rendre amusant un jeu qui a apparemment totalement oublié de l'être.

C'est une affirmation terrible et je me dois de l'expliquer. APB est un jeu où il faut conduire et tirer. Il reprend le modèle de base de Grand Theft Auto et il essaie de le replacer dans un environnement massivement multijoueurs.

La manière d'y parvenir a été longuement étudiée et certaines solutions très intelligentes ont été trouvées, mais l'idée de base est simple – vous choisissez un camp pour votre personnage, c'est-à-dire que vous en faites soit un criminel, soit un représentant de la loi et, à chaque fois que vous débutez une mission, le jeu l'indique aux joueurs adverses de la même région et leur donne pour mission de vous arrêter.

2

Les représentants de la loi peuvent maîtriser les criminels avec des armes non létales et gagner des récompenses pour leur avoir passé les menottes.

C'est donc un jeu entièrement en PvP, où l'opposition que vous affronterez au cours des quêtes est uniquement constituée par d'autres joueurs, et pas par des ennemis contrôlés par l'intelligence artificielle. Chaque engagement se déroule généralement avec une poignée de joueurs dans chaque camp, que ce soient des joueurs habitués à jouer ensemble en équipe ou rassemblés temporairement de façon arbitraire par le système d'appariement du jeu, et tous combattent pour réussir divers objectifs dispersés dans le district de la ville.

Comme vous ne pouvez attaquer que les joueurs adverses qui sont directement impliqués dans votre mission, chaque immense district est en permanence le théâtre de plusieurs fusillades et courses-poursuites à grande vitesse, ce qui fait qu'il y a toujours beaucoup d'action à regarder, même si vous ne faites que vous balader dans la ville .

Cela dit, à part l'idée bien trouvée d'avoir plusieurs affrontements se déroulant simultanément dans le même district, ces batailles ne sont que des shooters multijoueurs à la troisième personne où quelques poignées de personnes s'affrontent entre elles dans divers scénarii basés sur des objectifs. C'est la première surprise pour de nombreux nouveaux joueurs d'APB – il a énormément plus de gênes en commun avec les jeux d'action en ligne qu'avec les MMO. Il y a peu de caractéristiques pour définir le personnage, pas de progression de niveau au sens courant du terme, et pas de chiffres qui flottent sur la tête des gens pendant les combats. C'est un jeu qui consiste uniquement à tirer et à piloter.

Commentaires (3)

Fermés

  • Chargement