The Darkness II • Page 2

Agnès, Martine et François

Cartilages épiglottiques

Mais comme je le disais en préambule, ce nouveau niveau fut l'occasion de découvrir quelques nouveautés, des éléments de gameplay qui vont énormément pimenter le jeu.

Tout d'abord, il faut revenir sur la crainte de la lumière du héros. Les éclairages (même ceux issus de lumière artificielle) le rendent vulnérable, car il perd ses tentacules. Les ennemis comprennent évidemment rapidement ce talon d'Achille (tentacule d'Achille ? ndrc). Et pour compliquer un peu les choses, dans les niveaux les plus avancés, ils protégeront les lampes, rendant vos tirs inutiles. Bien évidemment, les tentacules ne peuvent rien faire non plus. C'est une façon de proposer un peu de nouveautés dans le gameplay.

Tout d'abord, il faut savoir que les lampes ne fonctionnent pas par magie : il y a forcément une source d'énergie. C'est en détruisant le générateur que la lumière s'éteint. Évidemment, cela oblige le joueur à faire des détours à tomber sur des ennemis en grand nombre. Mais il existe également d'autres façons de ne pas entrer dans la lumière. Ce sera évidemment très scripté et je ne sais pas combien de fois cela arrivera dans le jeu. Mais ça m'est arrivé dans le niveau auquel j'ai pu jouer.

Le héros se retrouve coincé devant une porte exposée à la lumière. Ni François ni Martine ne peuvent atteindre la boite à fusibles juste à côté de la porte. C'est à ce moment que le Darkling se met à causer : « Et s'il allait dans le conduit de ventilation, en haut du mur ? » Vu que le joueur n'a pas d'autre choix, il y va… Et se retrouve dans la peau du Darkling ! Comme vous le savez probablement, cette créature est plus petite, elle se faufile partout, observe des scènes à passant par-dessus des parois grillagées. C'est tout le niveau qu'il faudra traverser. Mais le gameplay est bien différent de celui du héros. En fait, on est plus proche d'une façon de jouer en furtivité qu'au jeu d'action qu'est The Darkness II à d'autres moments.

2

Je ne sais pas si la discrétion sera le maitre mot du gameplay de ce personnage. Pendant ma partie, tous les ennemis étaient plus ou moins tournés et il me suffisait de progresser derrière eux pour m'en débarrasser. A partir du moment où je décidais de m'en débarrasser, une superbe animation s'enclenchait, animation qu'Agnès semblait apprécier particulièrement en se cachant les yeux de ses mains. Le Darkling tranche la gorge de l'ennemi de ses griffes. Comme vous pouvez vous en douter, ça pisse le sang de partout. Mais l'animal est très joueur. Il plonge ensuite sa main dans la plaie béante pour en extraire tout ce qui traine : larynx, cordes vocales, l'os hyoïde, les cartilages thyroïdes, cricoïdes ou épiglottiques (encore une fois, merci Jimmy Wales). Si le Darkling est sans pitié, il faut aussi savoir qu'il est particulièrement peu résistant une fois qu'il est repéré. Et lui aussi est sensible à la lumière.

Je ne sais pas combien de fois ce sympathique personnage sera sollicité dans la partie. J'ai un peu l'impression que c'est un petit peu gadget, un intermède entre deux sections où le héros va s'amuser à faire des ravages parmi les rangs ennemis en sollicitant Martine et François ou Smith et Wesson. Mais même si c'est un intermède avec un gameplay un peu en dessous, c'est l'idée la plus fun que pouvait avoir les développeurs.

Et puis j'ai pu également voir l'arbre d'évolution du héros. C'est une grande roue que l'on fait pivoter avec les gâchettes selon quatre inclinaisons. Chacune d'elles correspond à une spécialisation qui fera évoluer le héros dans une direction particulière. Parmi celles-ci, on trouve Exécutions, Hitman Upgrades, Darkness Powers et Demon Arms. La première permet de modifier les bonus en tuant les ennemis (gain de santé, puissance…). Les Hitman Upgrades sont évidentes : il s'agit de la capacité du héros à bien se servir des armes. Cela impacte le nombre de balles dans les chargeurs par exemple. Les Darkness Powers sont les capacités surnaturelles du héros, hormis les pouvoirs tentaculaires. Les Demon Arms sont les capacités liées aux bras. De toute façon, plus on avance dans l'arbre de talents, plus les choses deviennent spectaculaires. Même une plus grande santé permet d'enchainer le plus d'éliminations possible et ça se sent à l'écran !

The Darkness II semble vraiment tenir ses promesses. Sanglant, fun, rythmé. Et vous l'aurez compris, on a pas mal de choses intéressantes au niveau du scénario dont nous n'avons pas pu vous parler aujourd'hui. En attendant, on niveau du gameplay, cette présentation nous a permis de confirmer ce dont nous nous étions aperçu la première fois : nous sommes vraiment face à un jeu à la réalisation très propre, mais surtout aux mécanismes de jeu très frais. Mais je me demande si frais est bien le mot approprié pour évoquer The Darkness II .

Commentaires (2)

Fermés

  • Chargement