Darksiders 2 - Test

Mortel !

10


La fin du monde est arrivée et le ciel est tombé, pourtant, quand on va au fond des choses, Darksiders 2 est un jeu plutôt réconfortant. Ses sur-mondes fantastiques sont remplis de superbes panoramas déchiquetés et de somptueux coffres au trésor à piller, tandis que ses donjons vacillants donnent lieu à des combats brutaux et hébergent des boss géants et des énigmes agréablement simples. C'est un jeu d'action/aventure vieille école sans complexe, immense, amical et familier, et le charger s'apparente à se glisser dans un bain chaud - un bain toutefois rempli de sang, de viscères et de petits démons rigolos qui veulent probablement vous boulotter les oreilles.


Bien entendu, cela ne veut pas dire que rien n'a changé. Alors que le premier Darksiders vous faisait incarner Guerre - le cavalier de l'apocalypse préféré de tout le monde et celui qui a été rendu responsable du déclenchement de la fin des temps un poil trop tôt - dans Darksiders 2, vous jouerez Mort, envoyé exécuter une mission parallèle à celle de son frère tandis qu'il essaie à nouveau de nettoyer cet épouvantable merdier.

Par rapport à la présence superbement imposante de Guerre, Mort n'est pas tout à fait aussi amusant à regarder - il est maigre et pâle, et il ressemble au seigneur de la jungle après une nuit passée enfermé à l'intérieur d'un réfrigérateur. Il a cependant ses propres tours à maîtriser et il apporte à Darksiders 2 son propre humour ironique. Son périple l'emmène vers les lointaines Forge Lands, des royaumes flottants à la fois divins et diaboliques, et même quelques autres endroits familiers.

1

Les menus et interfaces auraient probablement besoin d'être revus, car ils peuvent s'avérer pénibles et lents à naviguer. La présentation statistique des différents butins est cependant excellente de bout en bout.

Mort est plus acrobatique que son frère ; il se déplace à travers le décor à vive allure et peut courir sur les murs, faire des saltos arrière et sautiller à volonté de pilier en pilier dans les donjons, alors que les designers lui demandent d'affronter des épreuves de plus en plus complexes. Au combat, il s'appuie cependant sur son esquive plutôt que sur les blocages, et ses défenses faibles font qu'il vous faudra souvent réfléchir à la manière de se sortir des combats, au lieu de simplement taper comme un malade sur les boutons en façade jusqu'à vous rompre les ligaments des doigts.

Au fur et à mesure que vous progressez dans Darksiders 2, vous pouvez vous permettre d'être un peu plus bravache : il est possible d'acheter de nouveaux mouvements offensifs à des entraîneurs et Mort dispose de deux arborescences de compétences dans lesquelles se servir. Leur éventail est plutôt étroit, mais celles-ci, divisées en deux catégories, combat au corps à corps et lancer de sort, vous procurent malgré tout de véritables gâteries.

Commentaires (2)

Fermés

  • Chargement