Dead Space 3 FACE À FACE

Comparatif PC, PS3 et Xbox 360.

La série Dead Space nous a donné jusque-là deux excellents jeux de survival horror qui prenaient aux tripes, mais la production de ce troisième opus a confronté les développeurs à un défi sérieux : comment faire évoluer la franchise en ne se contentant pas simplement de faire la même chose ? Visceral Games adopte une philosophie « c'est mieux quand c'est plus gros » similaire à celle suivie par Capcom avec ses récents jeux Resident Evil, en augmentant l'impression d'immensité par l'introduction d'immenses séquences scénarisées et en intégrant à l'ensemble plus de scènes de shooting traditionnel. À de nombreux égards, cet accent plus fortement mis sur l'action est une évolution logique pour une série devenue de plus en plus cinématographique à chaque nouvel opus.


On peut avancer que les changements orientant plus la série vers l'action signifient qu'on s'est doucement éloigné de l'expérience survival horror. C'était le coeur du jeu, depuis le premier Dead Space, mais certains visuels époustouflants et une bande-son fantastique confèrent à cette suite une atmosphère dense dans les scènes basées sur des thèmes plus traditionnels. Lorsqu'Isaac traverse précautionneusement les ruines de vaisseaux en décrépitude dans le désert glacial de l'espace, les cris déments des Nécromorphes parviennent de plusieurs directions, tandis que le martèlement de la bande-son fait rapidement naître un sentiment d'urgence. D'un point de vue visuel, l'utilisation d'un éclairage différé s'accompagne d'un usage expert des lumières et des ombres dynamiques qui contribue énormément à immerger le joueur dans le monde menaçant créé par Visceral Games.

A cet égard, même si la formule manque peut-être de surprises et de cet élément d'effroi tellement important, elle n'en fournit pas moins un divertissement prenant, qui a été reproduit avec succès à l'identique sur plusieurs plateformes avec une facilité apparente. Dead Space 3 est un des titres multiformats les plus identiques sur les différentes plateformes depuis le Need for Speed : Most Wanted de Criterion Games , et bien entendu le propre Dead Space 2 de Visceral Games, un autre jeu extrêmement similaire sur la Xbox 360 et PS3. Les vidéos suivantes devraient suffire à le confirmer et, si elles ne suffisaient pas, notre large galerie comparative aux trois formats achèveront de vous en convaincre.

"La version PC de Dead Space 3 comporte quelques améliorations mineures, mais les deux versions sur console sont à la base identique dans ce qui est l'un des jeux les plus similaires d'une plateforme à une autre parmi tout ceux que nous avons vus."

Il est remarquable de voir à quel point les versions sur console sont proches l'une de l'autre, mais il y a quelques améliorations sur le jeu PC. Nous comparons ici la version Xbox 360 avec la version PC. Utilisez l'option 720p et passez en plein écran pour en bénéficier pleinement.

Autres comparaisons :

En plus d'une utilisation encore plus aboutie de l'éclairage dynamique par rapport à son prédécesseur, Dead Space 3 parvient à apporter quelques améliorations visuelles dans d'autres domaines. Le buffer d'images en 720p natif s'accompagne dans ce dernier opus de l'intégration d'un système d'antialiasing post-traitement (FXAA), qui contribue à lisser la présentation globale, alors que les précédents volets n'utilisaient absolument aucun antialiasing. Comme prévu, cela provoque un certain flouté des textures et des clignotements sub-pixel visibles, mais l'aspect sombre du jeu et la palette de couleurs quelque peu atténuée font que les effets d'escalier ne sont jamais un vrai problème. Par ailleurs, le léger flouté visuel convient particulièrement bien au style graphique du jeu.

Sur le PC, nous préconisons l'utilisation de l'antialiasing morphologique sub-pixel (SMAA), car cet algorithme ne semble pas flouter les graphismes de façon visible tout en fournissant une meilleure couverture sub-pixel sur les bords allongée. Les éléments plus minutieux comportent pas mal d'effets d'escalier, mais c'est un prix à payer raisonnable pour la netteté supplémentaire de l'image : les éclairages spéculaires sont mieux définis et l'image est en général plus profonde en raison de cette plus grande netteté.

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement