Football Manager 2008

Un nouveau cru différent de celui de 2007 ?

Je sais, je sais, je le répète tous les ans, mais c’est uniquement parce que c’est vrai : la série Football Manager de Sports Interactive est je jeu de gestion de football ultime. Aucune autre série de gestion n’arrive à sa cheville. Sa profondeur, son attention portée au moindre détail et son impressionnant niveau de réalisme porte ce titre au panthéon du genre.

Laissons cela de côté pour l’instant et rentrons dans le vif du sujet. Tout comme la version de l’année dernière, Football Manager 2008 s’engage encore résolument sur le Chemin de l’évolution sans jamais s’aventurer sur le Chemin de la révolution. Comme il intègre toutes les nouvelles fonctions de la version PC – plus de 100, pour ceux qui aiment les chiffres - le jeu s’avère encore plus intelligent et plus détaillé que jamais, même si l’on peut toujours déplorer l’absence de nouvelles fonctions vraiment novatrices comme les excellents outils d’interaction entre les joueurs qui distinguait Football Manager 2007 de ses prédécesseurs. La version de cette année donne plus l’impression d’un coup de brosse à reluire sur un produit déjà brillant, avec de nombreux ajouts bienvenus, même si on ne les voit pas instantanément.

La première chose qui vous frappera est le nouvel habillage, superbe, de la présentation et un saupoudrage de touches bien pensées en début de saison, grâce auxquelles on peut définir les dimensions de son terrain et discuter le bout de gras avec l’état major pour obtenir une rallonge sur les budgets de transferts et de salaires en lui promettant de dépasser toutes ses espérances. Attention cependant, c’est jouer un jeu dangereux. Cette rallonge peut s’avérer précieuse pour rafler les joueurs de vos rêves, mais si vous échouez à tenir vos promesses fabuleuses, vous sortirez par la petite porte plus rapidement qu’un voleur qui vient de déclencher une alarme. Vous avez aussi la possibilité de transvaser une partie de votre budget salaire dans la cagnotte réservée aux transferts pour obtenir le petit million d’euros de plus qui pourra s’avérer vital.

1

Evaluer l’humeur des supporters est bien plus facile cette année.

Si vous débutez dans la série, vous serez ravi d’apprendre que vous disposez d’un système de conseillers (optionnel) hautement intuitif, qui s’affichent aux moments cruciaux de la saison pour vous aider à naviguer dans la myriade d’écrans statistiques du jeu. De nombreuses fenêtres s’affichent également, qui vous renseignent en profondeur sur les subtilités du jeu, même si malheureusement, elles ne restent souvent pas assez longtemps à l’écran pour que vous puissiez les lire en intégralité.

Même si beaucoup des nouveautés de Football Manager 2008 ne sont rien d’autres que des améliorations, il y a quelques exceptions notables, comme le vécu du match du jour qui offre désormais une expérience tactique plus raffinée et plus exhaustive. Non seulement vous disposez de plus d’options tactiques avant un match, mais aussi d’un plus grand contrôle tactique en temps réel pendant, grâce à un mini écran de match qui permet de superviser l’action tout en peaufinant sa stratégie. La gestion internationale a elle aussi été légèrement repensée, notamment en ce qui concerne l’interaction des joueurs et des médias, même si cet aspect du jeu reste infiniment moins détaillé que dans son propre championnat.

Un nouvel écran «Confiance» permet d’accéder aux informations sur ce que les fans et l’état-major pensent de vos progrès, quels nouveaux transferts ils estiment être des réussites ou des échecs, et si vous avez répondu à leurs attentes lors des récents matchs. Le niveau de confiance de chaque groupe est indiqué par une barre de confiance, qui n’a, c’est vrai, rien d’extraordinaire, mais s’avère utile pour garder un oeil sur vos progrès, même s’il arrive bizarrement que les fans vous vouent aux gémonies alors que vous vous en tirez en fait très bien.

Commentaires

Fermés

  • Chargement