Just Cause 2

Une bonne série Z.

Comme n’importe quel autre support de création, notamment le cinéma, le jeu vidéo a ses chefs-d'œuvre alliant le plaisir à la réflexion intellectuelle et à la beauté pure. Le jeu vidéo a également ses œuvres cultes qui, peu importe leurs anciennetés, nous ont tellement plu que des années après leurs sorties, on y rejoue encore avec nostalgie passant outre leurs pires défauts. Et puis pour ces quelques pépites, il y a tous les autres, trop poussifs, trop complexes ou au contraire trop simplistes pour retenir notre attention au-delà de quelques mois, mais s’annoncent à leur sortie comme un « blockbuster ». Just Cause 2 est l’un de ceux-là.

À classer dans la catégorie des titres séries Z, Just Cause 2 est un jeu de type « bac à sable » dans tous les sens du terme. Non seulement on peut y parcourir le territoire en long en large et en travers et interagir avec tous les éléments (j’y reviendrais par la suite), mais en plus, comme dans un bac à sable pour enfant, vous pouvez déposer votre cerveau au vestiaire avant de vous éclater. Faisant fi du politiquement correct, il cumule tous les clichés du film d’action hollywoodien, période années 80. D’ailleurs, la première fois que j’ai vu Rico « Scorpion » Rodriguez, j’ai cru voir une version sous aspartame de Rambo, mâtiné de Droopy pour les yeux de chiens battus.

Reprenons la liste. Ile paradiasique ? Présente. Ce coup-ci c’est Panau qui s’y colle, une île fictive d'Asie du Sud-Est, à mi-chemin des Philippines et de la Madripoor inventée par Marvel.

Dirigeants corrompus ? Présents. Pandak Baby Paney a pris la place de Papa, dictateur soutenu par la CIA, mais veut garder seul le contrôle de l’île sans intervention étrangère.

1

Just Cause 2 donne le choix entre une variété d’armes...

Dilemme moral ? Présent. Dans la mission principale qui sert de fil rouge au jeu, Rico doit retrouver Tom Sheldon, son mentor, et l’abattre pour avoir trahi l’Agence.

Explosions et cascade en tout genre ? Largement présentes. Just Cause 2 donne le choix entre une variété d’armes et de véhicules plus grands que son ancêtre. Les combinaisons possibles font passer l’attaque mythique par un John Rambo à cheval d’un char russe puis d’un hélicoptère (un Eurocopter Tigre dans Rambo III) pour une course vers la machine à café dans un épisode de Navarro.

2

...et de véhicules plus grands que son ancêtre.

Jeunes femmes accortes ? Présentes. Bon d’accord, hors du Mile High Club, elles sont beaucoup plus vêtues que bons nombres de pin-up de jeux vidéo. Néanmoins, toutes – Américaines comme natives de l’île- affichent un 95 C de bon aloi et un postérieur de danseuse de samba brésilienne, qui laissent à penser que la chirurgie esthétique est l’industrie principale de Panau.

Commentaires (6)

Fermés

  • Chargement