Mario Party DS

Un «party game» de poche

Décidément, les «party games» sont ? la mode. Et les déclinaisons DS de jeux pour Wii (ou l’inverse !) aussi. Dans ces conditions le plombier fétiche de Nintendo et ses acolytes après avoir renouvelé le genre avec Mario Party 8 sur Wii ne pouvaient qu’envahir la console de poche du constructeur japonais. Boutons, stylet et micro seront donc mis ? forte contribution dans cet opus se jouant jusqu’? 4 consoles et une seule carte. Mais les fous rires seront-ils au rendez-vous ?

Si Mario Party 8 avait su laisser de côté l’aventure prétexte pour entrer tout de suite dans le vif du sujet, ce n’est pas le cas de cette version. Ici, miniaturisés, Mario et ses amis doivent traverser différents plateaux puis affronter des boss de fin de niveaux et retrouver leurs tailles normales. Et ce mode «Aventure», jouable uniquement en solo, est un passage obligé pour débloquer tous les plateaux du jeu ainsi que de nombreux bonus. Si les plateaux sont identiques ? ceux du mode «Fête», les mini-jeux de fins sont eux propres ? chaque boss... et manquent réellement de clarté dans les explications. Le pensum n’est certes pas obligatoire, mais en débloquant l’ensemble des plateaux et des jeux, il rend le mode multijoueurs nettement plus intéressant.

1

Ne nous leurrons cependant pas. A tester ? tour de bras des «party games», les mini-jeux deviennent vite similaires les uns aux autres. Et ce Mario Party DS n’échappe pas ? la règle. Il s’en sort néanmoins de deux façons principales. Les jeux en question sont vraiment mini et durent rarement plus d’une minute. Ce qui, au passage, rend le temps d’attente ? chaque tour vraiment long. Et ils ne sont pas dénués d’une pointe de sadisme assez rafraîchissante comparée au graphisme gentillet de Mario et de ses amis. Voir les princesses Peach et Daisy courir pour éviter de griller vivantes sur le barbecue, ou Luigi finir congelé est un vrai régal…

Néanmoins, le niveau de difficulté varie énormément d’un jeu ? l’autre quelque soit le niveau choisi. Ainsi les «Dominos Barjos» ne demandent que de savoir lire l’écran pour taper les touches dans l’ordre, alors que «l’Appel de la Futaie» dépend surtout de contraintes matérielles aléatoires ? savoir la sensibilité d’un écran tactile plus ou moins propre.

Au final, Mario Party DS est une adaptation correcte des «party games» de la famille éponyme sur console portalbe sans plus. Il lui manque toutefois un mode Wi-Fi pour pouvoir se lancer dans des compétitions internationales comme avec Mario Kart. Et la quasi-obligation de passer par un mode aventure pour débloquer les plateaux freine la convivialité immédiate de ce titre. Les vrais amoureux de Mario y trouveront leur bonheur, les autres passeront leur chemin.

4 / 10

Galerie d’images Mario Party DS

Comment nous attribuons nos notes Mario Party DS Stéphanie Chaptal Un «party game» de poche 2008-01-06T11:15:00+01:00 4 10

Commentaires

Fermés

  • Chargement