Marvel vs. Capcom 2

Retour d’une légende

J’aime à penser que j’ai réussi à me défaire des côtés les plus extrêmes de ma nature “geek”. Je n’écris pas de fan fictions où se mélangent les héros. Je n’ai pas éprouvé le besoin irrépressible de me déguiser en super-héros depuis que j’ai quitté l’école primaire. La litanie journalière de mes responsabilités d’adulte fait que j’ai même oublié certaines des inepties les plus ésotériques qui me traversaient le cerveau.

Et voilà que je vois Mega Man combattre Magneto et le faire gicler au travers de l’écran avec un super mouvement “rush drill”, et tout cela me revient à la vitesse d’un cheval au galop. Un déluge de toutes les impulsions du geek de base, ces plaisirs depuis longtemps oubliés sont ravivés par de joyeux personnages de cartoon qui débarquent en force dans les univers des uns et des autres et se massacrent mutuellement les pixels. Marvel vs. Capcom 2 est de retour.

Comme il y a 56 personnages entre lesquels choisir, tous débloqués depuis le début de cette édition téléchargeable, il n’y a pas de limites aux situations improbables que vous pouvez recréer. Des combattants aguerris de Street Fighter et des inclusions bizarres comme les Servobots de Mega Man côté Capcom, aux redoutables cogneurs des comics Marvel comme Hulk, Captain America et Spider-Man, c’est génialement surréaliste et d’un rythme frénétique.

Pour ceux qui ont déjà joué à ce jeu sur des bornes d’arcade ou sur la Dreamcast (c’est cette dernière qui est remise ici au goût du jour), tout ce qu’il y a vraiment besoin de savoir c’est que c’en est une traduction fabuleusement rapide qui fait plus que rendre justice au superbe design du combat pour lequel Capcom est réputé. Heureusement, pour ce jeu où la précision à l’image près est vitale, le passage sur écran large HD n’a pas du tout impacté le gameplay. Il y a quelques bizarreries graphiques sur les bords de l’écran, là où il a fallu étendre l’ancien terrain de jeu pour le dimensionner à son nouveau cadre, mais ces défauts sont fugaces et n’ont qu’un impact strictement visuel.

1

La musique par défaut est d’une horreur légendaire, et il n’y a toujours pas trace de la bande son hip-hop personnalisée promise par Capcom.

Les personnages ont par défaut leur nouveau look « précis », qui bave un peu mais qui est indiscutablement meilleur que le look flouté que donne le filtre de « lissage ». Les puristes préféreront toujours les modèles classiques, qui paraissent massifs mais fabuleusement détaillés quand on les agrandit. Les arrière-plans méritent aussi des éloges, et c’est là que le passage à la HD est le plus bénéfique. Rendus dans une 3D animée luxuriante, ils n’écrasent jamais l’action en 2D du premier plan.

Le jeu en ligne est bien sûr l’ajout important pour les fans de longue date, et la bonne nouvelle est qu’au vu des matchs que nous avons joués sur Xbox Live, il est fluide et sans lags. La configuration d’avant match est un peu sommaire – pour un jeu baignant si intensément dans la connaissance des tournois, il aurait été agréable de pouvoir choisir quelles règles et quels exploits utiliser – mais grâce aux salons de 6 joueurs, il est facile de recréer les bon vieux tournois de l’ancien temps et de se régaler.

Les amoureux inconditionnels du jeu ne devraient donc pas avoir besoin d’être convaincus plus avant. C’est Marvel vs. Capcom 2, un des meilleurs jeux de combat en 2D de tous les temps, dans une conversion proche de la perfection. Les vrais perfectionnistes préféreront peut-être attendre la version PS3 le 13 août (également testée), uniquement pour éviter les sticks glissants de la manette de la Xbox 360, mais il s’agit du seul véritable défaut.

Pour ceux qui hésitent encore devant l’option “Télécharger le jeu complet”, attirés par l’impressionnante réputation du jeu mais conscients de la nature ultra-compétitive de la communauté des combattants virtuels, des éclaircissements supplémentaires ne seront sans doute pas superflus.

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement