NBA Live 2008

EA joue le rebond

La rentrée des simulations sportives EA continue avec le nouvel opus d’une série marquée par des épisodes très inégaux… Depuis 1994, on a connu le très bon comme le très mauvais, notamment le dernier titre en date au passage à la nextgen qui était assez confus. Le cru 2008 a-t-il redressé la barre ?

Au lancement de la galette, on en prend plein les mirettes. Le menu est sobre, la salle d'entrainement toujours pratique pour s'essayer aux dunks. Allez, premier match. C'est beau ! Décidément, Electronic Arts maitrise son sujet question graphismes cette année. La modélisation des joueurs est excellente, les graphismes très fins et les visages facilement reconnaissables. Le show façon NBA peut débuter... Les ralentis, nombreux et à volonté, surprennent par leur point de vue et leur diversité. Du tout bon de ce côté là, sauf que...

Les animations, aussi jolies soient-elles, sont assez voire très répétitives. Les exemples sont nombreux : la présentation des joueurs sera toujours la même pour une équipe, sympa les premières fois, rasoir par la suite. Lors d'un block (le défenseur effectue contre le tireur, un geste très "show"), l'impression de déjà-vu se fait vite clairement sentir. Ca n'est pas rebutant, seulement gênant. Il en est de même pour les commentaires. Eric Besnard accompagné de l'inégalable Georges Eddy délivrent des commentaires justes. Les anecdotes sont nombreuses et vraiment intéressantes (je dors moins bête), mais là encore, au bout d'une dizaine de matches vous pourrez presque terminer certaines phrases des deux acolytes. Encore une déception, malgré une ambiance sonore comme d'habitude excellente, voire irréprochable.

A l'aise dans la raquette

1

Et le jeu dans tout ça ? Subtil mélange d'arcade et de simulation, la difficulté est bien dosée et les parties s'avèrent vite plaisantes. Une fois votre niveau de difficulté trouvé, les matches couperets seront légion, le plaisir de jouer est vraiment là. Le système de commande utilise les sticks analogiques de la même manière que dans NHL. Un stick dirige l'orientation du joueur, l'autre permettant de dribbler et d'effectuer des figures avec le ballon. Pratique et assez facile d'accès.

La défense s'effectue en maintenant appuyée une des gâchettes, tel un PES. Ainsi, un joueur néophyte deviendra enquiquinant pour quiconque. Avantage ou inconvénient, question de points de vue ! Nouveauté cette année, le système de Hot Spots qui quadrille le terrain en zone d'efficacité avant d'effectuer un shoot. Très utile pour découvrir l'habilité éventuelle de tel ou tel joueur aux trois points. L'IA est efficace, étonne même parfois, commettant des fautes volontaires et autres temps morts en cas de fin de match serré. Que de stress devant sa console !

A quand l'Euroligue ?

2

Question contenu, évidemment toute la NBA est là et fidèlement reproduite. Les équipes nationales font cette année leur apparition, l'occasion de laver l'affront des récents championnats d'Europe. Et non, chose peu commune chez Electronic Arts, leur nombre est ridicule et permet de commencer le fameux championnat du monde FIBA (normalement constitué de 24 équipes) qu'à partir des quarts de finales, soit trois matches maximum !

Qui a dit ridicule ? D’autant que si les équipes du championnat nord-américain sont fidèlement reproduites, il n'en est pas de même pour les formations étrangères. L'Espagne, équipe championne du monde en titre, est de niveau bien inférieur à la Team USA... Bref, c'est un peu gâché. Quant aux modes de jeu, ils s'avèrent nombreux dont le très (trop ?) complexe Dinasty Mode en plus du classique Weekend du All-Star Game et ses différents concours. Pour le Live, le match à sélection aléatoire fait son apparition, reste que c’est surtout le mode Championnat qui apporte une réelle valeur ajoutée au jeu. Tout cela reste tout de même très classique.

Voilà, un bilan somme toute mitigé, Electronic Arts a bien relevé le niveau mais il reste du travail. Les bons points sont vraiment plombés par des défauts lourdingues et à répétition. C'est beau, fun, intense et j'ai beaucoup aimé y jouer, malgré mon lot de critiques. Dommage, le plaisir est là et les amateurs de basket s'y amuseront malgré tout. Ceux voulant davantage de simulation iront sans doute chez la concurrence, il est donc important de tester le titre sur une démo, histoire que chacun trouve basket à son pied...

7 / 10

Galerie d'images NBA Live 2008

Comment nous attribuons nos notes NBA Live 2008 Guy Pichard EA joue le rebond 2007-10-18T11:11:00+02:00 7 10

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement