Ce qu'ils pensent de la Playstation 4 DOSSIER (rediffusion de l'été)

Des analystes consultent leur boule de cristal et donnent leur avis.

Après l'annonce des caractéristiques de la Playstation 4 et maintenant que Sony a présenté sa stratégie, l'industrie commence à faire ses commentaires. Voici les réflexions dont différents analystes -calculette en main-, ont bien voulu faire part à eurogamer :


« Nous pensons que ce que Sony a présenté répond positivement à beaucoup de critères du point de vue des investisseurs », déclare Piers Harding-Rolls, analyste chez Screen Digest.

« Cela nous montre un Sony bien déterminé à se confronter directement à Microsoft pour regagner le terrain perdu ces dernières années aux États-Unis » et « Cela indique clairement que le jeu est vu comme un atout majeur pouvant aider l'entreprise tout entière dans ses ambitions ».

Cette conférence donne l'impression d'une « meilleure stratégie commerciale », « d'une entreprise déterminée à faire de meilleures marges qu'avec la PS3 », observe-t-il. Les démos en streaming, la possibilité de jouer pendant qu'on est sur la boutique en ligne « avec tout ça, Sony pourrait très bien se positionner si les serveurs suivent ».

« J'ai été impressionné », dit Doug Creutz, directeur et analyste senior de Cowen pour les médias et l'entertainment.

« Les capacités graphiques sont une bonne surprise compte tenu des attentes qui étaient plus modestes. Le niveau d'immersion semble avoir encore augmenté. »

"[Pause/Resume] sera sans doute l'option la plus utilisée de cette nouvelle Playstation"

Jesse Divnich

L'architecture PC de la PS4 apportera « un grand soulagement » aux développeurs. Les coûts de production devraient être abaissé « de manière significative » rajoute-t-il.

Jesse Divnich, de l'EEDAR, spécialiste de la recherche sur les jeux vidéo, dit que la machine de Sony « va dans la bonne direction », concernant le contenu et la connectivité, « pierre angulaire de toute plateforme ».

Divnich apprécie particulièrement l'option pause/résume « Ca sera sans doute l'option la plus utilisée de cette nouvelle Playstation »

Billy Pidgeon, analyste senior chez Inside Network Research, se félicite que l'annonce de Sony « cible les passionnés et les joueurs hardcore ».

"Ne pas bloquer les jeux d'occasion est une « sage décision »"

Piers Harding-Rolls

Il pense que les exclusivités montrées par Sony - comme inFamous : Second Son et Killzone : Shadow Fall - « ont l'air très bien » et pourraient « vraiment aider la PS4 à se vendre ».

Plus prudent, Jesse Divnich dit qu' « il est toujours difficile d'évaluer la qualité des jeux vidéos sur une simple démo », mais il rajoute « Nous avons été privés de nouvelles technologies et de meilleurs graphismes depuis si longtemps que tout cela est très excitant ». Il devrait jouer sur PC, Jesse.

Le fait de ne pas bloquer les jeux d'occasion est une « sage décision » pour Piers Harding-Rolls.

Doug Creutz, encore plus direct, trouve que « ne pas soutenir le marché de l'occasion aurait été une erreur concurrentielle majeure »

« Mais d'un autre côté », tempère Harding-Rolls, « on pourrait imaginer que les éditeurs favoriseront la machine qui protège le marché » (NdRC : si elle existe).

« Ou bien on assistera à une augmentation des DLC et add-on afin que soit monétisé ce marché du jeu d'occasion » rajoute Billy Pidgeon.

Ne pas bloquer ce marché est aussi un cadeau fait aux magasins qui vivent aussi de l'occasion. Une façon de contrebalancer le manque à gagner qui sera induit par la nouvelle option permettant de télécharger un jeu acheté en ligne tout en continuant sa partie.

Sony se souvient sans doute de l'échec de la PSPgo, rarement mise en avant par les magasins, car ses jeux téléchargeables les excluaient de la boucle.

"J'aimerais voir une PS4 sous la barre des 400 dollars aux États-Unis"

Billy Pidgeon

Prédire le succès ou l'échec d'une machine sans connaître son prix est cependant risqué. Nous n'en saurons pas plus avant, probablement, l'E3, voire la Gamescom pour le prix en Europe.

Sony avait lancé la Playstation 3 at 499/599 dollars aux États-Unis, 499/599 euros en Europe et 425 livres (il n'y avait qu'un seul modèle) au Royaume-Uni. C'est prix étaient totalement délirants.

« Sony, qui a douloureusement appris du lancement de la Playstation 3 », remarque Jesse Divnich, « ne voudra pas refaire la même erreur avec la génération suivante de Playstation »

« Les 599 dollars ont eu un impact très négatif sur les ventes de PS3 » ajoute Billy Pidgeon, qui espère un prix « beaucoup plus compétitif cette fois-ci ». J'aimerais voir une PS4 sous la barre des 400 dollars aux États-Unis »

« Sony doit être à 400 dollars ou moins » déclare Doug Creutz. Comme on l'a vu avec la génération précédente, un prix supérieur conduirait au désastre »

 « Je pense aussi », dit Creutz, « qu'il faudra que dans les deux ans il y ait une offre à 200 dollars, le reste étant payé par un abonnement à un service, comme dans le modèle économique de l'iPhone. Ça sera sans doute la seule façon de vendre la machine en dehors du cercle des hardcores gamers »

C'est ce qu'a fait Microsoft sur la Xbox 360 avec son offre d'une machine 4 Gb avec Kinect pour 99 dollars et un abonnement à 14,99 dollars incluant le Xbox Live Gold

D'ailleurs, pourquoi attendre 2 ans ? Il s'est vendu des cargaisons de smartphones couteux grâce à ce système ; on pourrait envisager la même chose dès le lancement de la PS4 ou de la Xbox 720.

"La PS4 ressemble beaucoup plus à une console nouvelle génération que la Wii U"

Doug Creutz

Personne ne trouve que ce lancement « pour les vacances 2013 » arrive trop tôt. Jesse Divnich dit que « la PS3 a été pressée jusqu'à la dernière goutte en ce qui concerne l'innovation. Les joueurs ont besoin de nouveauté maintenant. Sony fait l'actualité, ils devraient en profiter, il faut battre le fer tant qu'il est chaud. »

Nous ne savons pas si la Playstation 4 sera lancée après ou avant la prochaine Xbox. On ne sait pas non plus si ce « vacance 2013 » inclut l'Europe.

 « Je pense que nous allons avoir des nouvelles de Microsoft rapidement » déclare Doug Creutz. « Au plus tard fin avril », rajoute-t-il.

 « La machine de Microsoft dominait ce marché, mais je trouve que Sony a fait un excellent boulot. Il va falloir que Microsoft propose vraiment de gros jeux ».

Creutz conclut : « En tout cas je serais très inquiet à la place de Nintendo. La PS4 ressemble beaucoup plus à une console nouvelle génération que la Wii U. »

Commentaires (7)

Fermés

  • Chargement