Rock Band

Prêt à casser sa tirelire pour rocker ?

Commençons par le commencement et remercions bien fort MTV, Harmonix et EA qui, quelles qu’en soient les raisons, nous ont privé de Rock Band pendant six mois. Les joueurs européens, c’est bien connu, adorent être en pénurie de jeux et ils ont été bien malheureux avec les sorties simultanées dans le monde entier de Halo 3, GTA IV et dans quelques jours Metal Gear Solid 4. Même Nintendo a sorti des jeux, comme récemment Mario Kart Wii, d’abord en Europe. C’était inimaginable il y a quelques années; par conséquent, avoir été contraints de patienter six mois pour le jeu musical le plus attendu de tous les temps, le payer deux fois plus cher qu’en Amérique et de ne l’avoir que dans un seul format, correspond déjà plus aux normes habituelles. Plus sérieusement, c’est une attitude parfaitement méprisable et que nous condamnerons toujours. Merci Messieurs.

Rock Band mérite par ailleurs l’intérêt et l’excitation qu’il suscite. C’est SingStar et Guitar Hero réunis avec un “héros de la batterie” assis dans un coin à taper sur quatre plaques et une pédale. Comme le jeu est en Europe une exclusivité Xbox 360, on ne rencontre aucun des irritants problèmes de compatibilité avec les vieux périphériques de Guitar Hero, dont s’étaient plaints les possesseurs de PS3 ; vous pouvez donc dépoussiérer vos Les Paul de Guitar Heroes 3 et X-plorer de Guitar Heroes 2 et leur faire reprendre du service. L’idée comme vous le savez est de former un groupe avec trois de vos amis et de faire une tournée dans ce monde virtuel en jouant des chansons connues comme "In Bloom" de Nirvana et "Wave of Mutilation" des Pixies.

Les jeux avec la guitare, la batterie, et le chant peuvent se jouer indépendamment. Le développeur Harmonix n’a pas eu à réinventer le gameplay de la guitare, mais il a dû le changer un peu pour le différencier de Guitar Hero (même s’il a été le premier développeur de ce jeu – vive la grosse monnaie). On joue toujours en appuyant sur un des cinq boutons de frettes du manche de la guitare en plastique et en utilisant le bouton/barre simultanément pour jouer les notes, quand les icônes correspondantes atteignent le bas de la zone de jeu en forme de manche de guitare affichée à l’écran, et l’on peut toujours construire un Star Power (désormais appelé Overdrive) en exécutant sans erreur des séquences surlignées, activant le multiplicateur de points en tenant le manche en hauteur.

1

Quand votre groupe commence à gagner beaucoup d’argent, vous pouvez le réinvestir dans des choses importantes comme les tatouages et les coupes de cheveux.

La barre de vibrato sert à distordre les notes, ce qui accumule les points plus rapidement quand on soutient la note. Les principales différences sont la présence sur la guitare Fender Stratocaster de cinq frettes plus petites près du corps de l’instrument, que l’on peut utiliser sans avoir recours au bouton/barre lors des passages solo frénétiques, et d’un petit bouton sur le corps de la guitare permettant des effets de pédale pour régler le son.

Chanter se fait de la même façon que dans SingStar sur PS3 : les paroles défilent de gauche à droite et une petite flèche se déplace de haut en bas pour indiquer la tonalité de votre voix – l’idée étant de l’aligner sur ce que fait le vrai chanteur. Exécuter à la même tonalité les séquences surlignées construit l’Overdrive, que l’on peut activer en criant quand l’arrière-plan prend une couleur de vomi. Il y a aussi des passages où l’on tape sur la tête du micro comme si c’était un tambourin. La batterie, enfin, se rapproche plus de Guitar Hero : des icônes descendent le long d’un manche et il faut taper sur les plaques correspondantes et appuyer sur la pédale quand une large bande horizontale descend à la place (ou en même temps). L’Overdrive fonctionne à peu près de la même manière qu’avec les guitares.

2

La partie de basse a toujours été la plus ennuyeuse, alors faites en sorte que le mec soit bourré. Ou ne l’invitez pas, tout simplement.

Bizarrement, les modes solo ressemblent aussi un peu à Guitar Hero : on déloque les morceaux par groupe de cinq et il y a quatre niveaux de difficulté à maîtriser. Les chansons sont regroupées différemment en fonction de l’instrument de façon à refléter pour chacun d’eux la difficulté relative de chaque partition ; les batteurs et les chanteurs auront par exemple à exécuter "Say It Ain't So" par Weezer dès le début, les guitaristes n’y auront pas accès avant d’avoir débloqué leur troisième groupe de morceaux. Jouer de la batterie est aussi intuitif que l’était (et l’est toujours) jouer de la guitare, avec des modes d’entraînement pour aider à vaincre les morceaux difficiles et, comme les chanteurs ne doivent qu’imiter la tonalité du véritable interprète, ils peuvent se contenter de chanter en yaourt s’ils ne connaissent pas les paroles.

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement