SEGA Superstars Tennis

Les fans de SEGA vont adorer.

Sumo Digital a fait de nombreux jeux depuis sa création en 2003, mais nos favoris sont les deux OutRun ainsi que Virtua Tennis 3. Ce sont des lettres d’amour adressées aux fans de SEGA et écrites par SEGA. En comparaison, Superstars Tennis c’est dîner aux chandelles, danse mondaine, cocktails et petite gâterie au dessert. C’est littéralement truffé de personnages SEGA amoureusement recréés en haute définition 720p, bourré de courts de tennis construits en l’honneur de jeux comme Super Monkey Ball, House of the Dead, Golden Axe et Space Channel 5, avec des Succès déblocables pour 360 qui portent leurs noms. SEGA Rally est par exemple un échange de 40 coups, After Burner un service à 160km/h et il y en a encore bien d’autres du même tonneau.

Mécaniquement, on a l’impression d’une version simplifiée de Virtua Tennis, avec la bonne vieille barre de service, qui s’active par en appuyant sur un bouton et envoie la balle grâce à une autre pression au bon moment, ainsi qu’une paire de boutons de tir et un lob que l’on peut effectuer en appuyant sur deux boutons en même temps. Un peu comme dans Mario Tennis – maintenant défunt, sans doute à cause du succès de Wii Sports – des coups réussis permettent de déclencher des mouvements spéciaux particuliers aux personnages. Une rangée d’étoiles dorées se remplit quand on joue et, quand elle est pleine, on appuie alors sur la gâchette pour voir une jolie animation et bénéficier du résultat.

1

Le court Samba est probablement le meilleur, même si le NiGHTS, avec sa surface liquide, est tout à fait spécial.

Tout est un vrai régal : les coups spéciaux d’AiAi envoient des balles qui tournent en vrillent comme un boomerang tandis que des bananes tombent autour du court ; le coup de Jet Set Radio expédie la balle à travers le court en lui faisant effectuer deux virages serrés accompagnés d’un sifflement imitant celui d’un atomiseur tandis que Tails envoie la balle par-dessus le filet en un tourbillon qui fait voir des étoiles aux adversaires. Mais il n’y a pas que les coups spéciaux qui font le spectacle. Les balles du court Samba de Amigo impriment un son de maracas à la raquette, Flagman est le juge arbitre du niveau OutRun et il exécute des pas de danse quand il s’ennuie, et chaque court a des airs de musique déblocables hérités des titres de référence du catalogue SEGA, sélectionnables avant chaque match. Balancer et retourner une balle luminescente entre des cactus dansant affublés de sombreros s’accommode à merveille d’un Samba de Janeiro qui braille en fond sonore.

Comme Virtua Tennis, le mode de jeu principal «Superstars» ne comporte pas seulement des matchs de tennis, mais aussi des mini-jeux. Les missions de Sonic the Hedgehog consistent à ramasser des anneaux, celles de Monkey Ball à smasher des noix de coco à travers des anneaux géants, et celles de House of the Dead – baptisé ici Curien Mansion, pour des raisons qui nous échappent et que nous n’avons pas eu envie de chercher - à massacrer des zombies. Nous n’allons cependant pas vous donner la liste exhaustive de tous les jeux, pour laisser aux fans de SEGA – à l’intention desquels ce jeu est exclusivement destiné – le plaisir de les découvrir par eux-mêmes. Inutile de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. La nouveauté ne se dément vraiment jamais et un flux ininterrompu de courts, de musiques et de personnages déblocables, souvent aperçus en face de soi pendent les premiers tournois, fait qu’il y a toujours quelque chose de plus à voir.

Commentaires

Fermés

  • Chargement