Silent Hill : Shattered Memories

Le passé revisité

Silent Hill : Shattered Memories veut apprendre à vous connaître. Vous faites-vous facilement des amis ? Travaillez-vous mieux en suivant un plan ou un calendrier ? Avez-vous déjà été infidèle ? Avez-vous déjà simulé en faisant l'amour ? Préférez-vous vos amis à votre famille ?

Calé dans le fauteuil d'un analyste, le jeu commence par la première des nombreuses évaluations psychologiques de ce genre. Il n'y a pas de réponse fausse en tant que telle, mais une partie du plaisir de cette « reconception » intrigante du Silent Hill original de 1999 est que l'expérience est conçue pour s'articuler autour du genre de personne – et par conséquent du joueur-- que vous êtes. Comme je suis, bien entendu, un solitaire misanthrope, le psychiatre résidant a été à la fête avec moi, mais je suppose que c'est le but du jeu.

Comme vous voyez à travers les yeux du sujet, vous pouvez rester assis et vous concentrer intensivement sur les pensées et les exigences de l'évaluateur au visage sévère, ou pointer la Wiimote ailleurs, détourner votre regard et laissez vos yeux vagabonder autour de ce bureau lambrissé de bois. Finalement, votre superviseur vous donne votre prochain test. Vous cochez la case appropriée, vous prenez des images et vous les mettez à la place appropriée, ou vous répondez simplement en opinant ou en secouant la tête en bougeant la Wiimote.

On en vient ensuite à l'action, et l'on réalise presque immédiatement que Shattered Memories est de loin le jeu le plus créatif et le plus accrocheur de la série d'horreur de Konami depuis le Silent Hill 3 d'une perversion dérangeante de 2003. De fait, à la fin, vous vous retrouverez à réfléchir longuement aux points forts de l'un des titres les plus attirants et les plus maîtrisés qu'ait jamais offerts le genre.

La première chose à souligner est que Shattered Memories est infiniment plus qu'un remake. Bien que conservant certains des personnages principaux et l'argument de base, le développeur Climax a changé tellement de choses en cours de route que l'appeler une « reconception » correspond mieux au résultat final. Disparus la vérification de la carte obsessionnelle et compulsive et le pensum d'avoir à tourner toutes les poignées de portes tandis que vous tracez votre chemin au travers de couloirs suintant et faiblement éclairés dans des asiles et des écoles abandonnés. Disparu le combat mal pensé et disgracieux, de même que le besoin de vérifier chaque pièce vide à la recherche de quelque chose d'oublié. Disparus en bref tous les éléments ennuyeux et fastidieux.

1

Les énigmes très tactiles sont souvent simples mais efficaces – mais comment cela se traduira-t-il sur PS2 et PSP ?

Comme dans l'original, le jeu se concentre sur la recherche désespérée d'Harry Mason de sa fille Cheryl. Après avoir eu un accident de voiture de nuit sur une route glacée aux environs de Silent Hill, il se réveille dans un état de panique aveugle et découvre sa disparition. Se saisissant d'une torche, il s'aventure dehors dans la nuit neigeuse, saute des barrières et vérifie les bâtiments proches à la recherche d'indices sur où elle peut être en criant son nom à pleins poumons.

En tenant la Wiimote comme une torche, vous baladez le faisceau tout autour de l'environnement sombre, et vous vous déplacez avec le stick du Nunchuk, en maintenant le bouton Z enfoncé pour courir. On enjambe les obstacles simplement en se dirigeant vers eux et l'on peut ouvrir les portes en se déplaçant vers elles et en appuyant sur A. Les mouvements de base sont très intuitifs, ce qui rend les environnements d'autant plus intéressants à parcourir.

Commentaires (2)

Fermés

  • Chargement