Beyond Good & Evil HD

Plus good qu'evil


Plus good qu'evil

10


Quand on gagne sa vie en écrivant des articles de tests sur des jeux, il n'y a pas vraiment lieu de se plaindre. Ce n'est pas comme travailler au fond d'une mine de charbon ou passer la serpillère tous les jours dans le Grand Collisionneur de hadron. Malgré tout, aussi idyllique que ce job puisse paraître, il y a quelques inconvénients mineurs. Le principal est que les jeux auxquels on a envie de jouer ne sont souvent pas les mêmes que ceux auxquels on doit jouer.

Je vous certifie que tous les testeurs de jeu ont chez eux une pile de disques, une montagne de jeux auxquels ils ont juré de s'adonner dès qu'ils en auront fini avec le test de celui sur lequel ils sont actuellement. Mais vient ensuite un autre test, puis un autre, et la pile ne cesse de grandir et les jeux du bas pourraient aussi bien être fossilisés (NdRC : je confirme !).

C'est ce qui m'est arrivé avec Beyond Good & Evil . Tout le monde me disait qu'il était génial. Tout le monde me disait que je devais absolument y jouer, mais pour une raison ou une autre, je n'avais jamais trouvé le temps. Quelque part, enfoui profondément sous l'enchevêtrement de câbles et de boîtiers de CD poussiéreux accumulés, il y a un disque Xbox original du classique de 2003 de Michel Ancel, vierge de tout contact avec des mains humaines depuis plus de sept ans.

1

Le jeu n'arrête pas de vous emmener dans de nouveaux endroits, même dans l'espace...

Un jeu aussi auréolé d'un concert d'éloges et aussi culte, peut-il être au niveau si longtemps après sa sortie ? Étonnamment, oui. Beyond Good & Evil HD est toujours un jeu immensément ambitieux, souvent magnifiquement construit et avec une personnalité marquée et originale. Mis à côté de ses descendants modernes, comme le moins intéressant, mais tout aussi dur à vendre Enslaved, ses qualités de pionnier crèvent les yeux.

Il a repris de Tomb Raider les éléments d'exploration et les énigmes où il faut pousser des blocs. Son système de combat au corps à corps est agréablement fluide. C'est aussi un jeu de furtivité. Il donne l'impression d'être un RPG avec une fin ouverte, avec une complète liberté d'exploration du monde du haut dans des véhicules améliorables et des zones de missions linéaires dans le style donjon.

Commentaires (3)

Fermés

  • Chargement