Assassin's Creed : Brotherhood PC

Plus mieux que mieux


Plus mieux que mieux

10


Il y a quelques mois, je faisais le test de Brotherhood Xbox 360. J'en avais pensé tellement de bien que je lui avais décerné la note maximale, un 10. À peu près à la même période, j'ai eu l'attaché de presse au téléphone qui m'a expliqué qu'il fallait absolument que je teste également le mode multi.

Bon, il faut tout de même que je vous explique : les attachés de presse appartiennent au monde du marketing. Une partie de leur boulot consiste à mettre en avant leurs « produits ». Celui des journalistes est censé se baser sur la vérité, sans parti-pris. En général, les attachés de presse sont cependant subtils. Là non. Il avait tellement insisté que ça a franchement piqué ma curiosité. Bien m'en a pris. Le multi de Brotherhood est une telle réussite que j'en ai fait un autre article, avec encore la note maxi.

Alors forcément, quand j'attaque le test de Brotherhood sur ma plate-forme de prédilection, je me demande comment ça peut se terminer. Je sais que ce sera forcément techniquement plus abouti. Mais il y a un autre aspect dont je ne vous avais pas parlé lors du test de Brotherhood sur Xbox. En raison de l'urgence dans laquelle nous écrivons nos articles, nous ne terminons pas le jeu avant d'écrire. Nous allons directement à l'essentiel, la mission principale, quitte à survoler parfois certains aspects intéressants. Le boulot de testeur consiste donc justement à savoir faire la part des choses et savoir estimer à quel moment on en a assez vu pour avoir une idée précise du jeu. Mais ça n'est pas le sujet.

D'un autre côté, il faut bien admettre que certaines surcouches de jeu ne sont pas toujours des réussites absolues. Rappelez-vous de l'économie dans STALKER. Si l'aspect financier est intéressant au début du jeu, il devient complètement obsolète dès que l'on s'approche de la centrale. Et le double écran dans Supreme Commander ? Et la pertinence d'un mode ouvert dans Mafia II ?

Depuis que Brotherhood Xbox 360 est sorti, j'ai eu le temps de l'approfondir. Et j'en suis venu à cette conclusion : chaque aspect, chaque petit truc facultatif s'intègre incroyablement bien dans l'ensemble du jeu, mais de plus, ça s'avère complètement génial. Et vu le nombre de petits trucs en plus – nous les verrons plus bas – Assassin's Creed Brotherhood est une sacrée réussite.

Sur Xbox, même en étant passé à côté de quelques bricoles, je considérais que Brotherhood faisait partie des meilleurs jeux auxquels j'avais joué à l'époque. Du coup, là, je ne sais plus trop comment vous expliquer à quel point je suis amoureux de ce jeu. Plus mieux que mieux. Plus blanc que blanc.

Commentaires (6)

Fermés

  • Chargement