Fist of the North Star : Ken’s Rage

Ken y survivra-t-il ?


Ken y survivra-t-il ?

10


Depuis une petite dizaine d'années, la série culte Hokuto no ken fait parler d'elle épisodiquement. Plusieurs films retraçant la série dans ses grandes lignes ont été produits, un nouveau manga retraçant la vie de Kasumi Kenshiro (l'un des ancêtres de Ken) a débuté en 2004, sans oublier la réédition du manga d'origine. Et pour sa version en jeu vidéo, le croisement du Hokuto Shinken et de la série Dinasty Warriors semble être sur le papier l'une des meilleures idées trouvées pour adapter ce manga de baston où règne la loi du un contre mille. Mais, cette version numérique de Ken est-elle à la hauteur des autres productions ?

Rappelons que Hokuto no ken est un véritable mélange de l'univers post apocalyptique de Mad Max 2 et des légendaires arts martiaux chinois poussés à l'extrême. Le manga est devenu culte en France depuis son passage dans la petite boite au fond du salon dans les années 80.

La deuxième vague a eu lieu lors de sa parution en version originale en manga chez J'ai lu en 1999. Avec cette édition, nous découvrions pour la première fois la vraie nature de cette saga, de ses personnages bien plus marquants, mélancoliques et torturés que sur celluloïd, et tout cela, sans voix foireuses ni jeux de mots improvisés par les doubleurs.

Adapter Ken en beat them all, est donc une bonne idée pour rendre toute l'ampleur et la puissance du manga et les créateurs de Dinasty Warriors étaient tout indiqués pour ce travail. Le studio avait déjà adapté la série Gundam à la sauce Musô (soupe de combats en masse), mais le résultat n'était pas des plus extraordinaire, faute à un gameplay brouillon et très répétitif. Et soyons tout de suite clairs, Ken est lui aussi un peu logé à la même enseigne.

Visuellement, le titre est clairement scindé en deux, telle une découpe bien nette du Nanto Sei Ken. C'est-à-dire que hors gameplay, nous avons des cinématiques très belles, assez fidèles au genre et bien réussies. Et dans le jeu, nous avons droit au noyau dur de personnages principaux de la série très bien modélisés et très bien animés dans les phases d'actions. En revanche, les ennemis attaquant en masse sont bien peu variés, mais restent tout à fait corrects visuellement, sans non plus, arriver à l'esthétique sans faille des personnages au premier plan.

Le vrai problème est que tout ce petit monde est catapulté dans un univers tellement laid, figé et sans grande variété que le simple fait d'observer un peu les alentours donnerait une bonne migraine ophtalmique à quiconque apprécie un tant soit peu la version originale ou la jolie 3D.

2

Le mode challenge

Certes, l'univers de Ken est plongé dans un monde qui a subi une guerre atomique. Mais de là à résumer les environnements à un tas de sable, jonché de carcasses de bagnoles, de bus explosés, de tas de barils rouillés et de grillages tordus, le tout entouré de bâtiments en ruines aussi moches les uns que les autres, cela va bien cinq minutes.

Commentaires (2)

Fermés

  • Chargement