James Bond 007 : Blood Stone

Jouer n'est pas tuer


Jouer n'est pas tuer

10


En mars 1986, je recevais mon premier jeu vidéo estampillé de la licence Bond. Quelques mois après sa sortie en salles, Dangereusement Vôtre se voyait adapté en jeu vidéo. Vingt-cinq ans plus tard, James Bond est toujours d'actualité, d'autant que ce jeu vidéo a la lourde tache de palier l'absence de la série au cinéma.

Malgré ses graphismes sommaires et sa jouabilité pas toujours évidente, A View to A Kill de Domark m'aura tenu de longues heures devant mon Amstrad à explorer les trois jeux différents déclinés de l'ultime long-métrage mettant en vedette Roger Moore, alternant poursuite en Renault 11 dans Paris et exploration des sous-sols de la Silicon Valley.

Depuis, l'agent anglais a régulièrement squatté les micros et consoles de jeu avec plus ou moins de bonheur. Suivre l'évolution de cette série en jeu vidéo est à peu près aussi intéressante que celle des long-métrages, toujours reflets de leur époque et témoins de la flexibilité d'un des grands mythes du XXème siècle.

Blood Stone

Longtemps restée sous le giron d'Electronic Arts, la licence de l'agent le moins secret au monde est passée depuis quelques années sous la responsabilité d'Activision. Après une ère Pierce Brosnan plutôt fade au cinéma (avec des jeux globalement dans le ton d'ailleurs, tirés ou non directement des long-métrages), Daniel Craig a repris le flambeau en salles au moment où Activision signait la licence.

3

Alors que la MGM vient tout juste de se déclarer en banqueroute, que la production du 23ème film a été gelée pour le moment et que l'on murmure ces jours-ci une sortie éventuelle en 2012 (avec Sam Mendes aux commandes ?), c'est uniquement en jeu vidéo que l'espion de sa Majesté fera parler de lui sur cette fin d'année. Si le remake de l'emblématique Goldeneye s'avère une option recommandable pour les possesseurs de Wii (voir le test de GoldenEye 007), Blood Stone se présente comme un titre inédit et dédié aux PC et consoles HD. A-t-il les épaules pour faire oublier que Bond sèche les salles obscures cette année ?

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement