Total War : Shogun 2

Katana pris Kyoto...


Katana pris Kyoto...

10


Dix ans après, le premier titre de la série Total War est de retour dans une version totalement revisitée. Totalement ? C'est ce qu'une bonne soixantaine d'heures de jeu nous ont permis de déterminer...

Jeu de stratégie au tour à tour avec résolution des combats en temps réel, Shogun 2 commence en 1545, un peu avant la période connue dans l'histoire du Japon comme « l'ère des provinces en guerre » pendant laquelle les « Sengoku daimyo », Seigneurs de la guerre civile, s'affrontèrent pour la conquête du pouvoir. Cette époque fut riche en grandes batailles, renversements d'alliance, trahisons et assassinats en tous genres et vit l'arrivée des Portugais et des Hollandais qui introduisirent les armes à feu.

C'est dans ce contexte que nous allons essayer à notre tour de devenir le maître suprême, le Shogun. D'abord, il faut choisir le bon clan. Certains clans bénéficient d'une unité géographique, d'autres sont morcelés. Ainsi, le clan Date, bénéficie d'un bonus pour les samouraïs armés d'épées, d'un forgeron et de mines de fer toutes proches faciles à conquérir par mer. Il est plus facile pour débuter que celui donné par le tutoriel.

Chaque clan a ainsi ses avantages dont il n'est pas déraisonnable de tenir compte ! Et de votre position de départ dépendra votre stratégie. Les terres des différentes provinces sont plus ou moins fertiles. Les mines sont une autre source de revenus, ainsi que les ports, qui permettent d'obtenir des ressources du commerce, mais aussi de faire transiter des troupes. Tout cet argent servira à construire des bâtiments pour produire les meilleures unités dans chaque type.

En plus des unités militaires, on utilisera avec intérêt des agents aux pouvoirs variés. Les shinobis ont disparu de cette nouvelle version et ont été remplacés par les Metsuke, sorte de contre-espion, chargé également de la surveillance et de la corruption. Les ninjas servent d'éclaireur aux armées, sabotent les installations ennemies, ouvrent les portes d'un château assiégé et éliminent les meilleurs généraux adverses. À noter que le nec plus ultra du tueur reste la geisha, très longue à apparaitre et très chère à produire, mais ne ratant presque jamais son coup.

Dans Shogun 2, un nouveau venu que l'on doit à Medieval Total War fait son apparition, le moine (ou le prêtre). En jouant sur la religion, il peut pousser des villes à la rébellion et démoraliser des armées. Attention à ne pas négliger les temples ou les églises pour maintenir la majorité de la province dans la même religion que la votre, sinon attention à la révolte.

Total War : Shogun 2

Lorsqu'un territoire est envahi sur la carte stratégique, les deux armées se retrouvent sur une carte tactique et chaque joueur va diriger ses troupes, superbement modélisées. Avec le PC Intel Core2 Duo 8500 3.16 GHz et une carte NVIDIA Geforge GTX 275 qui m'a servi pour ce test, on bénéficie déjà d'animations très convaincantes et de détails surprenants en zoomant sur les armures.

Shogun 2

Cette phase du jeu n'est pas inéluctable. Les joueurs pressés ou peu intéressés par l'aspect tactique utiliseront la résolution automatique du combat qui a été revue, avec notamment une meilleure défense des archers et des unités de base pour peu qu'elles aient un peu d'expérience.

Néanmoins, on se convainc assez vite de l'intérêt de jouer manuellement les batailles, sauf si on bénéficie d'une écrasante supériorité numérique (et c'est ce que veulent les programmeurs !). Et plus ils sont désespérés, plus les combats sont prenants surtout avec les nouveaux châteaux et citadelles qui offrent plusieurs solutions pour repousser l'ennemi. L'attendrez-vous sur les murs extérieurs ou le laisserez-vous approcher en défendant le « donjon », cela dépend de votre style de jeu, de vos effectifs, etc. Dans tous les cas, une sauvegarde rapide permettra de revenir en arrière pour rejouer la bataille...

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement