WRC 3 TEST

Poussiéreux.

Bien réalisé et fidèle, mais dépourvu de l'imagination et de la finition qui pourrait en faire vraiment un must.

Si vous trouvez un peu exaspérante l'idée de voir Sebastian Vettel gagner son troisième titre de champion de F1 d'affilée, ayez une pensée émue pour les fans du WRC qui ont dû supporter la domination d'un autre Sébastien au talent surnaturel. Il y a quelques semaines, le pilote de Citroen Sébastien Loeb a empoché un autre titre mondial - son 9e au total, tous acquis consécutivement au cours d'une série sidérante qui a commencé en 2004.


Ces résultats laissent à penser que ce sport est sur la pente descendante, ce qui est partiellement vrai. Les jours de gloire du rallye des années 90 ne sont plus qu'un lointain souvenir, et c'est également le cas des jours de gloire des jeux de rallye de ces mêmes années 90. Même Codemasters a en grande partie tourné le dos à ce sport et, en dépit de tous les plaisirs que procure le hors-piste de la série Dirt, il y a belle lurette qu'il se concentre surtout sur d'autres choses.

Tout cela fait que Milestone, un petit studio de vétérans passionnés du genre, dont le curriculum vitae remonte jusqu'au Screamer de 1995, se retrouve désormais avec cette licence WRC qui ne fait plus saliver grand monde. Depuis deux ans, le studio italien fait de son mieux avec WRC - ou plus précisément, il fait ce qu'il sait faire - en sortant des jeux dérivés fidèles, à défaut d'être inspirés.

WRC 3 ne bouleverse pas cette tendance, même s'il est légèrement meilleur que la version de l'année dernière. Le championnat de cette année est représenté dans toute sa gloire élimée - 13 rallyes différents à travers les congères suédoises, sur le goudron alsacien et les routes orangées poussiéreuses du Portugal, tous prêts a être conquis par un ensemble de voitures WRC, Super 2000, Group N et de série.

Les fondamentaux sont là et ils sont à la base suffisants. La variété et la générosité du tracé des courses est au niveau de l'amélioration notable de la fidélité visuelle ; les voitures sont un peu plus détaillées et les détails des bords de route un peu plus attrayants. À certains moments, quand on fonce à travers les forêts finlandaises avec une Citroen DS3 qui donne l'impression d'avoir deux virages d'avance sur vous, c'est suffisant pour faire croire que WRC 3 est tout ce que l'on peut demander d'un jeu sous licence officielle.

"C'est un jeu caractéristique à tous les égards du travail de Milestone : bien réalisé et fidèle, mais dépourvu de l'imagination et de la finition qui pourrait en faire vraiment en must. "

1

Il y a peu de gens qui jouent en ligne, de telle sorte que le mode hot-seat qui permet à des joueurs de jouer à tour de rôle hors ligne est plus que bienvenu.

Malgré tout, quand on recherche quelque chose de plus, WRC 3 exhibe malheureusement toujours des manques criants. Le pilotage est bien fait, même s'il succombe au péché cardinal des jeux de courses hors piste en ne mettant pas assez l'accent sur la communication des impacts réciproques entre la route et les pneus, l'élément le plus crucial pour qu'un jeu de rallye soit véritablement génial.

Par ailleurs, en dehors de ce qui constitue le noyau de l'expérience, WRC 3 se montre même un peu en retrait par rapport à l'opus précédent. Le mode carrière complexe, quoiqu'un peu fastidieux, des précédents jeux a été remplacé par quelque chose de plus centré sur le personnage, qui imite ce qu'a fait très récemment Codemasters, mais le fait épouvantablement mal. Le rythme est correct, tout comme l'ensemble d'événements basés sur des objectifs, mais au lieu d'une interface élégante et d'une progression soigneusement élaborée dans la hiérarchie des niveaux, c'est un salmigondis de systèmes de récompense antagonistes, encadré par des graphismes qu'on dirait provenir du cahier de dessin d'un adolescent.

C'est « suffisant » pour en faire à tous les égards un jeu caractéristique de Milestone : bien réalisé et fidèle, mais dépourvu de l'imagination et de la finition qui pourrait en faire vraiment un must. Pour le moment, on peut avancer que le circuit WRC ne mérite pas plus que ce WRC 3.

6 / 10

Comment nous attribuons nos notes WRC 3 TEST Martin Robinson Poussiéreux. 2012-10-22T11:45:00+02:00 6 10

Commentaires (1)

Fermés

  • Chargement